Arnaud Démare renonce à Paris-Roubaix

Arnaud Démare renonce à Paris-Roubaix

Publié le , modifié le

Tombé lors du Tour des Flandres, le sprinteur français Arnaud Démare a été contraint de déclarer forfait pour la prochaine édition de Paris-Roubaix, ce dimanche. Selon son équipe La Française des Jeux, il n'a pas pu se remettre suffisamment de ses blessures (rapé sur tout le flanc droit). Démare, qui n'avait pas participé ce matin à la reconnaissance des pavés de "l'Enfer du Nord", ne sera donc pas au départ d'une course qu'il rêve toujours de remporter.

Des sommets au sol. En état de grâce lors de sa victoire sur Milan San Remo en mars, Arnaud Démare est violemment revenu sur terre, dimanche lors du Tour des Flandres, quand il a été contraint à l’abandon après une chute survenue à plus de 140 km de l’arrivée. Brûlé sur tout le côté droit, le Français pensait tout de même pouvoir participer à Paris-Roubaix. Mais son équipe a annoncé, ce jeudi, que le Picard ne serait pas au départ du grand rendez-vous de dimanche.

Depuis sa victoire sur la Via Roma, Arnaud Démare, 24 ans, apparaissait comme l’une des meilleures chances tricolore dans l’Enfer du Nord, là où on attend une victoire française depuis 1997 et le succès de Frédéric Guesdon, aujourd’hui directeur sportif de la FDJ.

Maudits pavés

Paris-Roubaix, Arnaud Démare y pensait depuis longtemps. Deuxième de la course chez les juniors en 2009, 4e chez les espoirs en 2011, le Picard déchante rapidement lors de sa première participation chez les pros, en 2013. Le coureur est victime d’une crevaison dès le premier secteur pavé. Il finit la course à la 90e place. Depuis, la chance n’a pas plus sourit au sprinteur, même s’il parvient à se hisser à la 12e place en 2014.

Mais Arnaud Démare ne lâche rien, assurant, l’an dernier : "L’objectif, c’est Paris-Roubaix. Si un jour, je dois gagner une classique, c’est celle-ci. (…) Quand je pars à l’entraînement (…), j’imagine que la porte de mon garage, c’est le Vélodrome de Roubaix. J’ai vraiment envie de pouvoir gagner cette course un jour. Ça ne sera peut-être pas encore cette année, ni la prochaine, mais ça reste mon objectif ultime, mon rêve."


Cette année, le Beauvaisien avait bien entamé la saison, avec des succès d’étape à Paris-Nice (1ère étape) et à la Méditerranéenne (2e étape), et, bien sûr, son triomphe à Milan San Remo. Toutes les chances semblaient donc du côté d’Arnaud Démare…jusqu’à cette chute sur le Tour des Flandres.

Elodie Troadec