Ivan Basso, Lance Armstrong et Jan Ullrich sur le podium 2005 du Tour de France
Ivan Basso, Lance Armstrong et Jan Ullrich sur le podium 2005 du Tour de France | FRANCK FIFE / AFP

Armstrong, une vie de mensonges

Publié le , modifié le

Si Lance Armstrong avoue officiellement son dopage, il ne faut pas oublier que pendant toute sa carrière, l'Américain a livré sa vérité au monde du cyclisme, une vérité qui se transforme en mensonges massifs et répétés par rapport à la réalité de ses patiques durant sa carrière au plus haut niveau. Retour sur quelques phrases marquantes.

2001:
"Mon corps, je peux lui faire ce que je veux. Je peux le pousser,  l'étudier, l'écouter. Tout le monde veut savoir à quoi je roule. Ce que je  prends? Je prends mon vélo tous les jours, six heures par jour. Et vous?" 
Dans une publicité, Nike montre Armstrong en train de se faire faire un  prélèvement sanguin lors d'un contrôle antidopage.
   
24 juillet 2005:
"Je vais dire à ceux qui ne croient pas au cyclisme, aux cyniques et aux  sceptiques. Je suis désolé pour vous. Désolé que vous ne croyiez pas aux  miracles. Dans le Tour de France, il n'y a pas de secrets, c'est une épreuve  sportive difficile et c'est le dur labeur qui permet de la gagner. Vive Le  Tour."
Après sa 7e et dernière victoire sur les Champs-Elysées, le Texan quitte le  cyclisme en fustigeant ceux qui doutent de son intégrité.

"Je ne me suis jamais dopé"

Fin août 2005:
 "Je ne me suis jamais dopé, je peux le dire une nouvelle fois mais cela  fait sept ans que je le dis, ça ne sert à rien".
Armstrong se défend lors de l'émission de Larry King Live sur CNN après les  révélations fracassantes de L'Equipe sur ses échantillons du Tour 1999, testés  en 2005 positifs à l'EPO.
   
Automne 2005:
Avocat: "Vous n'avez jamais pris de produits dopants dans votre carrière ?"
Armstrong: "Exact"
Avocat: "Aucune substance prohibée?"
Armstrong: "Exact"
Le Texan témoigne sous serment dans le cadre d'une procédure d'arbitrage  sur un litige commercial aux Etats-Unis. Il explique qu'il ne se permettrait  pas de décevoir les millions de malades et de survivants qu'il inspire.
   
Printemps 2007:
"J'étais sur mon lit de mort (pendant son cancer). Vous pensez que je vais  revenir dans un sport et dire: 'ok docteur, donnez-moi tout ce que vous avez,  je veux juste aller vite'. Impossible. Je ne ferai jamais ça."
Armstrong, retraité, revient sur sa carrière dans une long entretien public  à Aspen avec Bob Schieffer, journaliste respecté de CBS et survivant du cancer.

"Près de 500 contrôles antidopage sans jamais avoir été contrôlé positif"   

Juillet 2009
"Les détracteurs disent que je suis arrogant. Un dopé. Fini. Un imposteur.  Que je ne veux pas passer à autre chose. Ils peuvent dire ce qu'ils veulent. Ce  n'est pas pour eux que je suis remonté sur mon vélo."
Armstrong a fait son retour et avant le Tour de France 2009, une publicité  Nike le met en scène à l'entraînement avec, entrecoupées, des images de malades  du cancer en rééducation physique.
   
20 mai 2010
"C'est sa parole contre la nôtre. La nôtre a plus de valeur. Floyd (Landis)  a perdu sa crédibilité il y a bien longtemps".
Armstrong répond aux premières accusations publiques de son ancien  coéquipier Floyd Landis, vainqueur déchu du Tour 2006. C'est à partir de là que  l'Agence américaine antidopage (Usada) commence à s'intéresser au Texan.
   
13 juin 2012
"Je ne me suis jamais dopé et, contrairement à nombre de mes accusateurs,  j'ai fait du sport d'endurance pendant 25 ans sans pic de performance et passé  près de 500 contrôles antidopage sans jamais avoir été contrôlé positif."
L'Américain réagit dans un communiqué à l'annonce de sa mise en accusation  par l'Usada.
   
23 août 2012
"Il arrive un moment dans la vie d'un homme où il doit dire 'trop, c'est  trop'. Pour moi, ce moment est venu. Cela fait depuis 1999 que j'entends que  j'ai triché pour gagner mes sept Tours de France."
Armstrong dépose les armes et annonce qu'il ne se battra pas avec l'Usada  pour prouver son innocence.