Lance Armstrong
Lance Armstrong rattrapé par son système et ses procédés douteux | AFP - TIZIANA FABI

Armstrong a-t-il voulu "influencer" l'USADA

Publié le , modifié le

Le patron de l'Agence américaine antidopage USADA a indiqué dans une interview qui sera diffusée mercredi par la chaîne de télévision CBS Lance Armstrong, déchu de ses sept titres du Tour de France pour dopage et suspendu à vie de compétition, a proposé en 2004, soit un an avant sa dernière victoire dans le Tour, un don de près de 250.000 dollars à l'Agence antidopage américaine. Il s'agissait d'une "donation" mais si celle-ci avait été acceptée, sans doute aurait-elle été liée à des contreparties.

"J'étais soufflé. Il était clair qu'il s'agissait pour l'USADA d'un conflit d'intérêts, et évidemment nous n'avons pas hésité à rejeté l'offre", a déclaré Travis Tygart, qui affirme avoir été approché à l'époque par un émissaire du coureur. Cette déclaration intervient alors que, selon la presse américaine, le coureur aurait  pourrait tenter un rapprochement pour essayer d'obtenir la levée par les autorités antidopage de sa radiation à vie prononcée cet automne. En effet, après avoir nié pendant des années, Armstrong envisagerait de reconnaître publiquement s'être dopé, pour obteni l'autorisation de  reprendre une carrière sportive. Il n'est pas sûr que les autorités soient enclines à faire preuve d'indulgence après cette révélation qui dénote un certain état d'esprit. Travis Tygart pourrait d'ailleurs avoir choisi de s'exprimer justement pour que les discussions n'aillent pas plus loin. Reste à en savori un peu plus sur la nature de la proposition financière et ce qu'il pouvait y avoir derrière.

Dans l'interview, Tygart compare Armstrong et son groupe de médecins, d'entraîneurs et de coureurs à une "mafia" qui cache ses secrets pendant des années et procède par intimidation pour réduire au silence les cyclistes qui veulent parler. Certains étaient  forcés de suivre le mouvement pour ne pas sortir de l'équipe, explique-t-il.

Enfin, il a taclé la justice américaine en s'étonnant qu'elle ait abandonné les charges envers Armstrong après deux ans d'investigation alors que l'USADA a poursuivi son enquête et aurait souhaité comparer ses informations. L'Agence américaine antidopage (USADA) avait d'ailleurs réagi rapidement en indiquantqu'elle entendait poursuivre sa propre enquête sur de possibles pratiques dopantes au sein du peloton professionnel américain."Contrairement au parquet, le travail de l'USADA est de promouvoir un sport propre plutôt que de faire respecter les lois. Notre enquête dans cyclisme continue et nous avons hâte de nous procurer les éléments recueillis lors de cette enquête fédérale". L'enquête fédérale avait initialement été ouverte sur les pratiques de la modeste mais sulfureuse équipe américaine Rock Racing avant d'être élargie aux coureurs américains et notamment à l'équipe US Postal avec laquelle Armstrong a gagné six de ses sept Tours de France. Les enquêteurs cherchaient notamment à savoir si des fonds publics avaient été utilisés au sein de l'US Postal pour des pratiques illicites comme le dopage

Christian Grégoire