Lance Armstrong
Lance Armstrong | Riccardo S. Savi / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Armstrong renonce à se jeter à l'eau

Publié le , modifié le

Lance Armstrong a finalement renoncé à s'aligner dans la compétition de natation à laquelle il était inscrit ce week-end au Texas, après que la Fédération internationale de natation (FINA) a rappelé les organisateurs à l'ordre. La FINA leur avait en effet demandé d'empêcher l'ancien coureur, suspendu à vie pour dopage, de participer à ce qui était présenté comme son grand retour dans une compétition sportive.

Pas de nouvelle tension pour Armstrong

Selon le New York Times, Rob Butcher, le directeur de US Masters Swimming, qui organise cette manifestation, a joint l'agent de l'ancien cycliste américain après avoir reçu une lettre de la FINA l'enjoignant de ne pas accepter l'inscription de l'ancien cycliste. Une décision à laquelle s'est donc rangé Armstrong qui, selon son agent, ne voulait pas créer une nouvelle tension, ni "un cauchemar en matière de communication".

Lance Armstrong qui a débuté sa carrière sportive par le triathlon était inscrit dans les trois courses les plus longues de la manifestation: 500 yards (457 m), 1000 yards (914 m) et 1650 yards (1508 m) nage libre.  Après des années de dénégations, y compris devant des enquêteurs fédéraux, l'ancien cycliste avait avoué mi-janvier, lors de confessions télévisées, s'être dopé durant sa carrière, ajoutant toutefois que la compétition lui manquait et qu'il aimerait pouvoir participer à des marathons ou d'autres épreuves sportives, chose qu'il ne peut plus faire en raison de sa suspension. Il pensait pouvoir se relancer en se jetant à l'eau. 

Mais il est décidément trop marqué. Puisque l''instance dirigeante de la natation mondiale a fait savoir jeudi que les sportifs reconnus coupables de dopage n'étaient pas autorisés à s'aligner dans des compétitions organisées sous son égide. "Par conséquent, la Fina a adressé un courrier aux organisateurs des US Masters Swimming (...) demandant de refuser l'inscription à M. Lance Armstrong", explique la Fédération sur son site internet (www.fina.org). Pourtant, dans un premier temps, les organisateurs avaient préalablement précisé que se présence était possible dans la mesure où l'épreuve n'est pas sous la responsabilité de l'Agence américaine antidopage (Usada).

Reuters