Andy Schleck
Le coureur Andy Schleck | AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Andy Schleck prend sa retraite

Publié le , modifié le

Le cycliste luxembourgeois Andy Schleck a annoncé ce jeudi sa retraite. A 29 ans, le vainqueur du Tour de France 2010 a décidé de mettre un terme à sa carrière, freiné et handicapé par des blessures à répétition. Depuis trois saisons, il avait alterné entre courses et repos à cause de chutes. Cette saison 2014 aura donc été la dernière pour lui, une saison qui s'est terminée par un Tour de France tronqué et abandonné dès la troisième étape.

Le corps a fini par dire stop. Revenu de ses multiples blessures qui ont miné ses trois dernières saisons, Andy Schleck n'a pas trouvé la force de repartir cette fois. Cette rupture des ligaments croisés l'a forcé à mettre pied à terre. Pour de bon, cette fois. A 29 ans, le cadet de la fratrie Schleck s'arrête laissant derrière lui un Tour de France 2010 et surtout l'impression d'un gâchis quand on connaissait le potentiel du coureur, trois fois meilleur jeune de la Grande Boucle (2008, 2009, 2010).

Le tweet de Cyclism'Actu

Des blessures et des souvenirs

La nouvelle d'une retraite avait déjà fuité dans la presse luxembourgeoise mercredi. Face aux journalistes, Andy Schleck a confirmé ce que tout le monde pressentait. Le coureur a expliqué en larmes que "le cyclisme était terminé pour (lui)". Presque 10 ans après ses débuts chez la CSC, il s'arrête sur un Tour de France à peine entamé - un abandon à la troisième étape entre Cambridge et Londres -, stoppé, comme sa carrière, avant la fin à cause d'une chute. Une de plus. Celle de trop qui a provoqué une rupture des ligaments croisés. En même temps qu'il levait le voile sur ses intentions, son équipe Trek publiait un communiqué où il revenait sur ses problèmes de santé et cette retraite : "Je suis évidemment déçu de mettre fin à ma carrière de cette manière. J'aurais aimé continuer à me battre mais mon genou ne me le permet pas. Même si les ligaments ont guéri, pour le cartilage, c'est une autre histoire. J'ai travaillé dur pour soigner ce genou mais j'en suis arrivé à la conclusion qu'à moins de prendre le risque de l'abîmer de manière irréversible, il valait mieux arrêter". 

Resteront alors les souvenirs. Ceux de l'année 2010 qui l'a vu triompher à Paris sur le Tour de France suite à ses victoires lors des 8e et 17e étapes à Morzine et au Tourmalet. Ceux de l'année suivante qui l'a vu partager le podium du Tour avec son frère Frank - ils avaient terminé respectivement 2e et 3e derrière Cadel Evans. Son frère Franck a tenu à le remercier pour le "temps passé ensemble sur le vélo".

Le tweet de Nicolas Georgereau

Le tweet de Frank Schleck