Andy Schleck
Andy Schleck | DIRK WAEM - BELGA MAG - BELGA - AFP

Andy Schleck et sa seconde carrière

Publié le , modifié le

Interrogé par le journal L'Equipe, Andy Schleck s'est livré sur ses ambitions pour la saison à venir tout en faisant un bilan de ses deux dernières années difficiles. Confiant en sa capacité à revenir à son meilleur niveau, le coureur luxembourgeois a tenu aussi à démentir les rumeurs d'alcoolisme.

C'est un Andy Schleck apaisé qui s'est livré au journal L'Equipe​. Sans se dérober, le vainqueur (suite au déclassement d'Alberto Contador pour un contrôle positif au Clenbuterol, ndlr) du Tour de France 2010 a fait face aux rumeurs et aux critiques pour faire table rase du passé. Oui Andy Schleck est prêt pour sa seconde carrière. "J'ai envie de montrer à tous ceux qui m'ont critiqué sans me connaître vraiment que je n'ai pas disparu", lance-t-il.

Les rumeurs d'alcoolisme

Pourtant, disparu, Andy Schleck l'a bel et bien été. Après sa deuxième place sur le Tour 2011, le cadet de la fratrie arrive en 2012 bien décidé à remporter le Tour en étant le meilleur à la pédale. Las, une chute sur le Dauphiné Libéré va constituer un tournant dans sa carrière. "Peu de gens ont saisi la gravité de ma chute au Dauphiné avec une fracture du sacrum qui m'a beaucoup handicapé" rappelle-t-il. Cette blessure est le début de sa descente aux enfers. Avec l'envie de revenir trop tôt, les blessures s'accumulent, la forme physique disparaît et l'ancien Andy Schleck fait petit à petit place à un nouveau qu'il qualifie lui-même de "moins léger". Les rumeurs vont alors bon train autour de sa personne. On le dit alcoolique. Schleck s'en défend: "Avec internet, tout le monde peut jeter le trouble sur n'importe qui" pose le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 2009. Si Andy Schleck s'est évertué à se défendre face à ces accusations, il est dans un autre état d'esprit aujourd'hui: "Les gens parlent, je les laisse dire". Débarrassé de ses blessures physiques et morales, Andy Schleck est un coureur nouveau. Un coureur qui veut retrouver les sommets.

Andy n'a peur de personne

"Je vais courir encore 5 ou 6 tours de France et surtout être père (en mars)". Cette paternité à venir semble avoir fait d'Andy Schleck un garçon plus mature. Malgré sa gueule d'ange, le coureur luxembourgeois a aujourd'hui 28 ans. S'il veut remporter le Tour à la pédale et non sur tapis vert comme en 2010, il doit faire vite. Mais lui ne doute pas, ne doute plus. Même Chris Froome ne lui fait pas peur: "Il est très fort. Mais à Ax-3 Domaine cette année, il a mis 7 secondes de moins que moi en 2010. Froome ne m'épate pas plus que ça. Il m'impressionne moins que Quintana" se défend-il. L'homme de Mondorf (Luxembourg) n'évoque pas son meilleur ennemi, Alberto Contador, au moment d'énumérer ses adversaires.

Un compte à régler avec Contador

Le coureur espagnol et lui ont pourtant une histoire commune. Une histoire qu'Andy Schleck ne semble pas vouloir oublier: "J'aurais du battre Contador, j'étais le plus fort. Je suis en jaune quand il m'attaque sur un bris de dérailleur dans le Port de Balès" rappelle-t-il avant de se montrer plus vindicatif: "Contador ne devra plus compter sur moi [...] Si quelqu'un me fait une crasse, c'est son affaire". Andy Schleck n'a peut-être jamais paru si sûr de lui, si remonté face à l'adversité. Autrefois sans doute trop "gentil", le cadet des Schleck est prêt à entamer une seconde carrière. Avec un seul objectif en tête: "Regagner le Tour et arriver en jaune sur les Champs-Elysées".