Alaphilippe, Sagan, Dumoulin, Thomas… Pour qui le Tirreno-Adriatico ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Christophe Gaudot
Julian Alaphilippe avec Greg Van Avermaet dans sa roue
Julian Alaphilippe avec Greg Van Avermaet dans sa roue | Marco BERTORELLO / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Julian Alaphilippe, Peter Sagan, Greg Van Avermaet, Geraint Thomas, Primoz Roglic, Thibaut Pinot... Autant de coureurs et de profils différents qui peuvent légitimement ambitionner de remporter Tirreno-Adriatico qui débute ce mercredi de Lido di Camaiore pour s'achever mardi prochain à San Benedetto del Tronto.

Kwiatkowski, Quintana, Van Avermaet, Contador, Nibali et plus loin Cancellara, Bettini et même Freire, le palmarès de Tirreno-Adriatico est l’un des plus difficiles à déchiffrer pour qui ignore l'histoire de “La course des deux mers”. Au gré de ses changements de parcours, le pendant de Paris-Nice de l’autre côté des Alpes, s’est offert à des profils de coureurs différents au fil des années. A qui le tour ?

Alaphilippe favori ?

Comme l’année dernière, et après plusieurs années de haute montagne, Tirreno-Adriatico abandonne les cimes pour se concentrer sur des arrivées plus typées “puncheurs”. Des murs si vous préférez. Après le contre-la-montre par équipes inaugural traditionnel, l’enchaînement sera terrible. Pour le sommet de cette course d’une semaine qui précède le premier Monument de la saison, Milan-San Remo, il faudra attendre la cinquième étape entre Colli al Metauro et Recanati. Au programme la triple ascension du San Pietro et ses passages à 20% avant de finir avec la montée de Porta d'Osimo, 1300 m à 14% de moyenne et des passages à 19%. La veille, l’arrivée à Fossombrone sera-t-elle aussi à suivre ne serait-ce qu’à cause du caractère peu banal de la montée finale avec des passages à 16% et d’autres à 2% ou 3%.

S’il fallait donner le nom d’un favori, et au vu du parcours sans haute montagne, comme en 2016 quand Greg Van Avermaet s’était imposé (l’étape de montagne avait été annulée pour cause de neige), on serait tenté de dire Julian Alaphilippe. Le Français, vainqueur de la Flèche Wallonne et de deux étapes du Tour de France l’année dernière, vient de frapper très fort en s’offrant les Strade Bianche pour sa première participation, preuve de sa forme étincelante. Pour l'ancien grand champion italien Paolo Bettini, vainqueur de Tirreno en 2004, “Alaf” peut même rêver plus grand: "Alaphilippe a tout pour faire le triplé Strade Bianche-Tirreno-Milan Sanremo", estime-t-il mardi dans la Gazzetta dello Sport.

Un oeil sur les grimpeurs

Quels seront ses adversaires ? Le plateau de Tirreno-Adriatico est, comme à son habitude, exceptionnel. Si les puncheurs ont l’avantage, il devra sans doute lutter avec Jakob Fuglsang, deuxième samedi à Sienne sur les Strade Bianche, mais aussi Greg Van Avermaet ou Adam Yates, voire Peter Sagan.

Si toutefois, les grimpeurs parvenaient à faire parler leurs qualités, on retiendra les noms de Vincenzo Nibali et de Thibaut Pinot tout en ne négligeant évidemment pas les grimpeurs-rouleurs qui seront nombreux au départ. Geraint Thomas, Primoz Roglic et Tom Dumoulin tenteront de profiter des deux chronos, le premier par équipes en ouverture, le deuxième individuel pour conclure. Et dans tout ça, Elia Viviani, Fernando Gaviria ou encore Nacer Bouhanni se disputeront deux maigres étapes promises aux sprinteurs. Qu’on se le dise, sur Tirreno-Adriatico, il n’y en aura pas pour tout le monde.