Alaphilippe, Pogacar, Bernal... les hommes à suivre sur Tirreno-Adriatico

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Strade Bianche 2021 Bernal Alaphilippe Van Aert Van der Poel
Egan Bernal Wout Van Aert, Julian Alaphilippe et Mathieu Van der Poel, ici à la lutte sur les Strade Bianche le 6 mars 2021, sont attendus sur Tirreno-Adriatico. | DIRK WAEM / BELGA MAG / Belga via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Qui succédera à Simon Yates au palmarès de Tirreno-Adriatico ? Forte d’un plateau exceptionnel, la course italienne s’élance ce mercredi. Au menu : les trois derniers vainqueurs du Tour de France, des Français à surveiller, les rivaux Van Aert et Van der Poel, et même le retour de la rockstar Peter Sagan. Parmi cette flopée de stars du peloton, voici quelques noms à suivre avec attention.

• Tadej Pogacar (UAE Emirates)

Vainqueur du dernier Tour de France, le jeune prodige slovène a les dents longues, et les moyens de ses ambitions. Il l’a d’ailleurs démontré en ouverture de la saison en remportant l’UAE Tour, puis en terminant à une belle septième place sur les Strade Bianche. C’est simple, c’est le meilleur classement pour un vainqueur sortant du Tour sur la course italienne. Sur Tirreno, le Slovène sera donc à surveiller, et il ne s’en cache pas : "Je vais tenter ma chance au général. J’espère qu'on pourra continuer le bon travail qu'on a fait sur l'UAE Tour".

Rien d'étonnant venant d’un coureur qui cumule dix-neuf victoires depuis ses débuts en pro en 2019, que ce soit sur des courses à étapes ou lors de classiques. Cela tombe bien : Tirreno-Adriatico en est le parfait mélange, d’autant plus avec ce parcours 2021 qui fait la part belle aux puncheurs et aux grimpeurs, avant un contre-la-montre final. De quoi rappeler des souvenirs à Tadej Pogacar…

• Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) 

Il est champion du monde, et depuis qu’il arbore sa tunique arc-en-ciel, Julian Alaphilippe n’en finit plus de "montrer le maillot". Certes, ce n’est pas toujours avec succès, comme lors des Strade Bianche où après avoir dynamité la course, il n’a rien pu faire face à la puissance de Van der Poel dans le final, mais le puncheur français est digne de son rang. Alors, à l’heure de venir pour la deuxième fois sur Tirreno-Adriatico (il préfère normalement Paris-Nice), "Alaph" est ambitieux. Et il peut puisque lors de sa seule participation en 2019, il a terminé sixième avec deux victoires d’étapes dans sa besace.

Deux ans plus tard, il revient sur le Tirreno avec un statut de leader du "Wolfpack" Deceuninck-Quick Step, et en étant bien entouré (Almeida, Stybar, Asgreen…). Et il le faudra pour qu’Alaphilippe tire son épingle du jeu dans ce peloton de très, très haut niveau, où il devrait ferrailler plus d’une fois avec ses nouveaux amis : Wout Van Aert (Jumbo-Visma) et Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix).

Julian Alaphilippe est l'une des attractions de Tirreno-Adriatico
Julian Alaphilippe est l'une des attractions de Tirreno-Adriatico © POOL NICO VEREECKEN / BELGA MAG / Belga via AFP

• Egan Bernal (Ineos Grenadiers)

Avec Tadej Pogacar, c’est l’autre grand favori de la course. Et cette phrase, vous risquez de la lire souvent dans les prochaines années car le duel Bernal-Pogacar n’en est certainement qu’à ses balbutiements. Revanchard après un Tour de France 2020 raté, le Colombien, vainqueur de la Grande Boucle 2019 veut se remettre en selle après une saison manquée. Et ses dernières sorties en attestent, avec une deuxième place au Trophée Laigueglia et surtout une étonnante troisième place aux Strade Bianche.

En grande forme, Bernal sera en plus entouré de ce qui sera certainement la meilleure équipe de la course, avec Geraint Thomas (vainqueur du Tour de France 2018), Pavel Sivakov, Michal Kwiatkowski (Tirreno-Adriatico 2018), Filippo Ganna, Jonathan Castroviejo et Salvatore Puccio. Du très lourd pour le Colombien, qui pourrait toutefois être éclipsé par son compatriote Nairo Quintana (Arkea-Samsic), vainqueur en 2015 et en 2017, en grande forme lui aussi.

• Thibaut Pinot (Groupama-FDJ)

Il ne jouera certainement pas la gagne, mais on guettera avec impatience le retour de Thibaut Pinot. Après son Tour de France pourri par sa chute lors de la première étape, le Franc-Comtois a traîné sa peine pendant plusieurs mois. Sur les routes italiennes, il cherchera avant tout à retrouver du plaisir : "Je viens à Tirreno-Adriatico pour trouver du rythme et de la confiance dans le cadre de mon programme de reprise, c’est très important pour moi".

Surtout, Pinot viendra se chauffer en préparation du Tour d'Italie, son objectif de la saison :  "C’est un bon test pour préparer le Giro. Je ne me fixe pas d’objectif particulier car je ne suis pas encore à 100% mais si je peux aller à la bagarre avec les meilleurs dans les ascensions difficiles, je ne me priverai pas. On a un super groupe pour briller sur ce type d’épreuve et Valentin (Madouas) marche vraiment bien en ce moment." 

Thibaut Pinot lance sa saison 2021 sur Tirreno-Adriatico.
Thibaut Pinot lance sa saison 2021 sur Tirreno-Adriatico. © Marco Bertorello / POOL / AFP

• Peter Sagan (Bora-Hansgrohe)

Enfin. Depuis le Giro 2020 disputé en octobre, on n’a plus vu Peter Sagan sur une course. Or, un peloton sans sa rockstar, ça n’a pas la même saveur, même si à 31 ans le Slovaque semble avoir entamé la douce pente du déclin. Il n’empêche, l’homme aux 114 victoires en professionnel, triple champion du monde, est de retour sur Tirreno-Adriatico, et c’est une bonne nouvelle pour tous les amoureux de la pédale.

Touché par la Covid en février, Sagan a eu du mal à s’en remettre, ce qui l’a contraint d’annuler ses participations au Het Nieuwsblad et à Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Cette fois-ci, c’est la bonne pour Peter le magnifique, qui pourra montrer que le déclin est encore loin. Et ce même si, pour la première fois de sa carrière, il a bouclé le Tour de France sans le maillot vert de meilleur sprinteur en septembre dernier. 

• Romain Bardet (Team DSM)

Nouveau look pour une nouvelle vie : fini le maillot AG2R, place au sobre tricot noir et bleu de la Team DSM pour Romain Bardet. À 30 ans, le Français a quitté le nid pour tenter l’aventure dans la formation allemande. Et comme un changement n’arrive jamais seul, le grimpeur tricolore découvrira cette saison le Giro, qu’il prépare sur les routes de Tirreno-Adriatico.

"On va en Italie avec une équipe forte et motivée, prête pour une semaine intense sur ce parcours difficile. On a montré un bel esprit d'équipe sur les premières courses et on espère continuer sur cette lancée", a déclaré Matt Winston, le coach du Team DSM. Autrement dit, Bardet ne sera pas la seule carte de son équipe. Ce qui, pour lui, sera là aussi une découverte sur une course à étapes.

Romain Bardet sous ses nouvelles couleurs de Team DSM.
Romain Bardet sous ses nouvelles couleurs de Team DSM. © Laurent Lairys / DPPI via AFP