Cofidis Di Gregorio (portrait)
Rémy Di Gregorio a été blanchi d'accusations de dopage | ALBERTO MORANTE/MAXPPP

Affaire Di Grégorio: Cofidis condamné

Publié le , modifié le

L'équipe cycliste Cofidis a été condamnée par les prud'hommes de Marseille pour rupture abusive de contrat de Rémi Di Grégorio, licencié à la suite d'une affaire de dopage présumé sur le Tour de France 2012. Cofidis a été condamnée à verser des dommages-intérêts "conséquents", selon son avocate Fabienne Bendayan-Chetrit, qui n'a pas souhaité en communiquer le montant, en accord avec son client.

Cofidis a été condamné le 9 octobre pour ne pas avoir apporté la preuve de  la faute grave invoquée dans le licenciement de Di Grégorio. Les prud'hommes reprochent également à l'équipe nordiste d'avoir nui à la  "renommée" du coureur qui "aurait peut-être pris une dimension lors de ce Tour  de France si Cofidis avait fait montre de soutien et de solidarité envers son  salarié au lieu de le sanctionner rapidement et sans preuve, en tentant de  gérer le défoulement médiatique et populaire propre à ce genre d'accusations",  selon les attendus du jugement. 

Di Grégorio, 28 ans, avait été interpellé le 10 juillet 2012 sur le Tour,  lors d'une descente de la gendarmerie dans un hôtel de Bourg-en-Bresse, puis  mis en examen à Marseille pour "détention d'un procédé interdit sans  justification médicale", en l'occurrence "un kit d'injection de glucose". S'il demeure mis en examen, le coureur marseillais a été autorisé en avril  à retrouver la compétition, par la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Selon son avocate, des discussions seraient "en bonne voie" pour un retour  prochain dans une équipe française.