Affaire Armstrong - L'USADA critiquée

Publié le , modifié le

Lance Armstrong n'a pas dit son dernier mot. Toujours sur le front, son avocat a critiqué par avance mardi le rapport que l'Agence antidopage américaine (Usada) doit envoyer cette semaine à L'Union cycliste internationale (UCI), le jugeant tronqué et partial.

Dans une lettre envoyée à l'Usada, Tim Herman estime que l'agence devrait envoyer à l'UCI l'intégralité du dossier de l'affaire Lance Armstrong, le septuple vainqueur du Tour sanctionné pour dopage dans son pays, et pas un rapport tronqué. Pour l'avocat du cycliste américain, l'agence a agi à la fois "comme procureur, juge, jury, cour d'appel et bourreau" en annonçant sa décision de radier à vie Armstrong et il estime que ses résultats d'enquête présentent des versions "biaisées, partiales et non contradictoires" des événements.

L'UCI s'impatiente

Armstrong a été radié à vie du sport de compétition par l'Usada, qui a invalidé tous ses résultats depuis le 1er août 1998, dont ses sept succès dans la Grande Boucle. Mais la compétence de l'Usada se limitant au territoire américain, il revient juridiquement à la fédération internationale de priver le Texan de ses victoires de 1999 à 2005. Fin septembre, l'UCI s'était impatientée du temps mis par l'Agence antidopage américaine pour lui fournir le dossier. "Cela fait plus d'un mois que l'USADA a sanctionné Lance Armstrong. Nous pensions que l'USADA s'était mieux préparée avant de lancer cette procédure", avait déclaré le président de l'UCI Pat McQuaid. L'affaire Armstrong est loin d'être terminée.

Mathieu Baratas