Dimitri Yachvili
Dimitri Yachvili a tenté de faire bouger les choses face aux Tonga | AFP - William West

Yachvili prêt pour défier les Gallois

Publié le , modifié le

Handicapé par une contusion à la cuisse gauche, le demi de mêlée Dimitri Yachvili sera présent samedi sur la pelouse de l'Eden Park pour conduire le jeu du XV de France lors de la demi-finale de la Coupe du monde face au pays de Galles. "Tout va bien et je suis confiant pour samedi", a indiqué le N.9 des Bleus en conférence de presse.

Yachvili jouera mais ne butera pas

Conscient du rôle crucial de ce joueur dans l'organisation des Bleus, le sélectionneur Marc Lièvremont n'a jamais envisagé de se passer de l'une de ses têtes pensantes. "La seule réelle incertitude concerne Dimitri. Je pense qu'il jouera. Il est ménagé au moins jusqu'à jeudi. Mais il jouera", avait-il dit, confiant, mardi au moment de l'annonce de l'équipe. Sorti à la 53e minute du quart de finale remporté face à l'Angleterre (19-12), le Biarrot (31 ans, 57 sélections) a donné raison à son entraîneur en reprenant la course ce mercredi. "Ça suit son cours. Ma blessure est encore en phase de cicatrisation mais ça avance bien. J'avais pris un coup sur la cuisse contre l'Angleterre et, comme j'ai continué à jouer, ça a saigné encore plus. J'ai été dans l'obligation de m'arrêter trois jours. Je n'aime pas trop 'être au garage' comme on dit mais il le fallait. Tout va bien et je suis confiant pour samedi", a dit Yachvili en conférence de presse.

En revanche, le buteur gaucher, troisième réalisateur en Bleu avec 357 points et excellent depuis le début de la compétition avec 81% de réussite (39 points), n'est pas encore certain de pouvoir assumer ce rôle samedi. "Il y a un risque que je ne bute pas", a-t-il avoué. Blessé durant la première période face aux Anglais, il a raté une pénalité et deux transformations (2/5), loin de son taux de réussite habituel. L'autre demi de mêlée gaucher Morgan Parra, replacé à l'ouverture et qui tourne à 71% de réussite, prendrait alors la charge de buteur.
 

Yachvili: "On est revenu sur les bonnes bases"

"Libéré" de la concurrence avec Parra selon les mots de Lièvremont, Yachvili a gagné ses galons de titulaires grâce à son expérience, sa capacité à cornaquer les avants français et son jeu au pied de niveau international. Loin d'avoir la passe la plus rapide des n°9 français, Yachvili a toujours compensé par un leadership assumé sur le terrain. Comme à Biarritz, il n'est jamais aussi fort que lorsqu'il prend les destinées de son équipe en main. "Compte tenu de mon poste, je dois m'investir dans l'organisation du jeu et dans la vie de groupe. Marc (Lièvremont) reste le sélectionneur. Nous avons pris les choses en main entre nous les joueurs. On aurait dû le faire plus tôt", a-t-il souligné. "On se posait trop de questions par rapport à notre système de jeu. On est revenu sur les bonnes bases et des choses simples.

Contre les Anglais, ce n'est pas un exploit. On a joué à notre juste valeur", a-t-il analysé. Très à l'aise en anglais, appris depuis son année à Gloucester (2001-2002), le joueur est très estimé des journalistes anglais qui l'ont surnommé "the little talisman" en raison de son influence sur le destin des Bleus. "Je suis un privilégié", a dit celui qui était remplaçant lors de la demi-finale perdue de 2003 et absent en 2007. "Dans une carrière, c'est exceptionnel de jouer une demi-finale de Coupe du monde. Je suis très heureux et très fier. Et c'est la dernière pour beaucoup d'entre nous."

Gilles Gaillard

Coupe du Monde de Rugby