Thomas Domingo, france
Thomas Domingo concentré sur l'atelier défense | LIONEL BONAVENTURE / AFP

XV de France-Boks: parole à la défense

Publié le , modifié le

Remise en cause malgré la victoire face aux Tonga (38-18), la défense du XV de France devra se montrer plus efficace contre les Springboks. Une victoire sur l’Afrique du Sud, mélange entre la puissance tongienne et l’adresse néo-zélandaise, est à ce prix.

"C’est la déception sur ce match (…). Nous avons été trop attentistes." Patrice Lagisquet a peu goûté la prestation défensive des Bleus la semaine dernière face aux Tonga. Et pour cause. Avec trente plaquages manqués, le XV de France a subi la puissance de son adversaire. Et concédé deux essais aux "Ikale Tahi", soit autant qu’à la Nouvele-Zélande sept jours plus tôt. "C’est dommage car nous avions bien travaillé dans la semaine pour monter vite et fort et nous l’avons peu mis en application", se lamente l’entraîneur des trois-quarts du XV de France.

Séance vidéo et deux heures d'entraînement consacrés

D’autant plus inquiétant que se présente samedi l’Afrique du Sud et son lot de joueurs "autobus." Quand le 3e ligne français Wenceslas Lauret présente 92 kg sur la balance, son homologue sud-africain Francois Louw affiche 107 kg… "Si on attend et qu'ils sont lancés de dix mètres, ils font tous plus de 100 kg donc on subira et on loupera des plaquages", prévient le demi-d’ouverture Rémi Talès. Pour éviter telle mésaventure contre la deuxième meilleure nation du monde, le staff tricolore a pris le taureau par les cornes. Au menu, une séance vidéo puis deux heures d’entraînement avec les jeunes du pôle France axés sur l’organisation défensive. "On va jouer des joueurs prêts physiquement, très gaillards, très forts  dans les duels, met en garde Philippe Saint-André. (…) Défensivement, il faudra être très bon et être très bon sur le premier plaquage, le premier rideau."

Pour ce faire, Rabah Slimani préconise d’aller "les chercher haut pour éviter qu’ils avancent", sans oublier de communiquer "pour ne pas qu'il y en ait un qui monte plus vite que l'autre et que cela créé des trous." Adeptes d'un "jeu beaucoup plus direct, beaucoup plus dans le défi" que la Nouvelle-Zélande, les Springboks vont poser de nouveaux problèmes aux ouailles de PSA. "Je m'attends à un mix entre les Tonga et les All Blacks: ce sera encore très physique avec un jeu plus huilé que les Tongiens", note le centre Wesley Fofana. "Il faudra être moins tassé près des regroupements pour avoir un rideau plus dense parce que les Boks ça déroule plus de jeu derrière", appuie son partenaire clermontois Thomas Domingo.

Les Boks, alliage de puissance et d'adresse

La bataille des rucks sera déterminante. Les Bleus devront récupérer des ballons pour ne pas laisser les Boks enchaîner, sans consommer trop de joueurs dans le combat afin de ne pas laisser des trous sur les extérieurs. Un équilibre délicat à trouver. Les Gallois (24-15) et les Ecossais (28-0) l’ont appris à leurs dépens. Avec 34 points de moyenne inscrits lors du Four Nations, les troupes d’Heyneke Meyer aiment dynamiter les défenses adverses. La semaine dernière, l’entraîneur des avants Yannick Bru déplorait "réel manque d'implication dans beaucoup de duels" et du laxisme "sur toutes les attitudes de combat." Au stade Océane, la solidarité avait suffi à compenser ces manques. Pour endiguer la vague sud-africaine, ce sera une autre histoire.

Jerome Carrere

Coupe du Monde de Rugby