Italie primes
Les joueurs italiens réclament une prime pour chaque match de la prochaine Coupe du monde | Ian MacNicol / AFP

Une pâle Squadra Azzura face aux Bleus

Publié le , modifié le

Premier adversaire du XV de France dans cette Coupe du monde (samedi 21h à Londres), l'Italie ne semble, a priori, pas en mesure de contrarier les plans de Philippe Saint-André. Privée de son meilleur joueur Sergio Parisse, et peu en verve depuis deux ans, la Squadra Azzurra ne partira pas favorite face aux Bleus.

En 37 confrontations, l'Italie n'a battu le XV de France qu'à trois reprises et la tendance ne devrait finalement pas s'inverser. Lorsque l'Italie s'est imposée pour la deuxième fois face aux Bleus en 2011 (22-21, 14 ans après son premier succès), puis une troisième fois en 2013 (23-18), tout le monde avait pourtant cru à un changement d'époque. Mais depuis, le soufflé est retombé et Jacques Brunel, le sélectionneur français de la Squadra Azzurra, a du mal à trouver la recette miracle. L'ancien entraîneur adjoint du XV de France (de 2001 à 2007) garde néanmoins l'espoir de surprendre son monde. "On a une équipe qui peut poser des problèmes à toutes les équipes", a-t-il souligné.

Parisse annoncé absent

Cuillère de bois du Tournoi des Six Nations après notamment des cinglantes défaites contre l'Irlande (46-7) et l'Angleterre (11-52), avant-dernière en 2015, l'Italie ne croit plus vraiment à un miracle pour ce Mondial, d'autant que les grands joueurs se font plus rares. Gonzalo Canale et Andrea Lo Cicero ont raccroché, et aujourd'hui, hormis Mauro Bergamasco et Sergio Parisse, les joueurs clés ne sont pas légion. Parisse -toujours considéré comme l'un des tout meilleurs N.8 au monde- ne serait d'ailleurs pas sur la feuille de match face aux Tricolores en raison d'une blessure à un mollet.

"Avec ou sans Sergio, ce sera quand même une très grosse équipe d'Italie, estime Rabah Slimani. Bien sûr, (Parisse) a de l'aura, à ce niveau-là il est quand même exceptionnel", son coéquipier au Stade Français. "Mais ça ne change pas l'envie qu'aura cette équipe contre  nous." Pour Damien Chouly qui était sous les ordres de Brunel à Perpignan, mieux vaut rester sur ses gardes. "C'est quelqu'un qui est très précis au niveau stratégique, (…) il a cette capacité a emmené ses joueurs là où il veut. A mon avis, il a vraiment ciblé ce match contre les Français. Ce sera un match très très engagé", a ajouté le troisième ligne français.

Un pack vi​eillissant

Pour ne rien arranger, le pack qui représentait avec Parisse l'un des atouts majeurs de cette équipe, accuse un peu le poids des ans. Ajoutez à cela des rapports compliqués entre les joueurs et la Fédération, et trois défaites de rang lors de la préparation pour cette Coupe du monde (dont un 48-7 contre l'Ecosse fin août), les ambitions italiennes risquent d'être limitées en Angleterre… Enfin, le dernier match contre la France s'était soldé par un 29-0. Même si le tableau semble bien noir, l'équipe de France devra toutefois œuvré pour ne pas se faire surprendre.

Pour Thierry Dusautoir, le doute n'est pas permis face à cette équipe, même si la France a souvent eu du mal à débuter une Coupe du monde. "Toute l'équipe est concentrée sur ce premier match. On sait qu'il sera vraiment essentiel d'entrée pour la qualification en quarts de finale. Donc je ne crains pas un manque d'investissement de l'équipe ou quoi que ce soit, au contraire", a soutenu le capitaine.

Romain Bonte

Coupe du Monde de Rugby