Vincent Clerc - Canada
Vincent Clerc (France) | AFP - FRANCK FIFE

Tout n'est pas "Clerc"

Publié le , modifié le

Malgré quelques satisfactions individuelles (Julien Bonnaire, Louis Picamoles, Morgan Parra et surtout Vincent Clerc, auteur de trois essais), le XV de France n'a pas vraiment convaincu ses supporters et les observateurs au terme de ce match longtemps indécis qui s'est débloqué sur la fin. Et les All Blacks n'ont évidemment rien à voir avec le Canada…

Une prestation brouillonne, quelques confirmations intéressantes et des inquiétudes à la pelle. Voilà comment peut se résumer ce France/Canada. A moins d'une semaine du grand rendez-vous annoncé, de ce choc face aux Blacks qui constitue l'affiche du premier tour, l'équipe de France reste empêtrée dans ses contradictions. Elle offre un visage à deux faces avec une première période laborieuse, et de biens meilleures intentions en seconde lorsque le travail de sape a fini par payer et que les attitudes de certains joueurs ont fait clairement basculer la partie. 

Collectif encore en rodage

Maintenant, si le pack tricolore a dominé son sujet et semble clairement armé pour rivaliser avec les meilleurs (même en l'absence de Domingo et Mas, blessés), le jeu développé par ce XV bis (puisqu'on ne sait toujours pas qui fait partie du XV type) n'a pas franchement suscité l'admiration du stade de Napier. Les trois essais, inscrits dans les 20 dernières minutes par Damien Traille et Vincent Clerc, dégagent certes l'horizon tricolore, mais ne font pas illusion. Que de scories (certes sur une pelouse détrempée), que d'approximations et de manque de carté dans les initiatives malgré de l'enthousiasme et même du talent en certaines occasions. Heureusement serait-on tenté de dire, les satisfactions individuelles ne manquent pas sur les deux premiers matches des Bleus. Après Médard, Servat ou Nallet contre le Japon, ce sont cette fois Bonnaire (omniprésent) et Picamoles (combattif dans son rôle de perce-muraille) qui se sont distingués. 

Individualités déjà affûtées

Sans oublier les précieux Parra (déjà auteur d'une belle entrée face aux Nippons, le Clermontois a inscrit 23 points ne ratant quasiment rien au pied) et Clerc (malgré un peu de déchet dont deux coups de pied directement en touche). Les trois essais marqués par l'ailier toulousain portent son total à quatre en deux matches de Coupe du monde et à 29 (!) sous le maillot frappé du coq ! Et avec 9 essais inscrits, il devient aussi le meilleur marqueur français de l'histoire des Coupe du Monde, devant Christophe Dominici (8). La composition du groupe appelé à affronter la Nouvelle-Zélande sera dévoilée mardi mais ces joueurs-là ont marqué des points pour y participer. Et pour enfin savoir quel est le vrai niveau d'une formation dont on n'arrive pas encore à cerner le réel niveau.

Coupe du Monde de Rugby