Dimitri Szarzewski, France
Le talonneur du XV de France Dimitri Szarzewski | GABRIEL BOUYS / AFP

Szarzewski: "Il en fallait bien un !"

Publié le , modifié le

Le talonneur Dimitri Szarzewski a exprimé vendredi sa "fierté" d'être pour le première fois capitaine du XV de France contre l'Angleterre samedi, tout en rappelant avec le sourire qu'il "en fallait bien un" en l'absence de Thierry Dusautoir.

RETROUVEZ EN DIRECT SUR F2 ET FRANCETVSPORT LE MATCH ANGLETERRE - FRANCE SAMEDI A 20H50

Que ressentez-vous après avoir été désigné capitaine ?
Dimitri Szarzewski: "C'est un honneur. Après il faut voir la vérité en face aussi, c'est un  concours de circonstances. Le capitaine (Thierry Dusautoir) et le  vice-capitaine (Pascal Papé) ne sont pas sur la feuille de match donc il en  fallait bien un et c'est tombé sur moi (rires) ! D'autres joueurs auraient pu  assumer ce rôle. Mais ça me fait bien sûr plaisir, c'est une fierté. C'est sûr  que je vais garder ce maillot et ma femme a prévu une belle surprise à mes  enfants qui ne sont pas au courant, ils viendront me voir demain soir."
   
C'est un rôle que vous connaissez...
D.Z: "C'est une responsabilité mais je suis un poste (talonneur) où il y a  déjà énormément des responsabilités, en touche, en mêlée. J'ai aussi l'habitude  de ce rôle avec le Racing 92. Après, ça vient naturellement, il n'y a pas  grand-chose à dire, on s'est déjà parlé cette semaine et chacun sait ce qu'il  doit faire pour être au niveau pour ce genre de match de haut niveau. Quoi de  mieux d'ailleurs que d'affronter l'Angleterre en Angleterre. A nous d'être à la  hauteur pour valider ces six semaines de préparation."
   
 Vous êtes heureux de retrouver enfin les matches après cette longue  préparation physique ?
 D.Z: "Ça change, ça fait du bien de retrouver le terrain. Depuis deux  semaines, on travaille pour avoir des repères en commun. Ce match est le  bienvenu et ça va faire du bien de se défouler un peu. On va essayer de mettre  les choses que l'on a vues à l'entraînement en place. On ne se trompe pas  d'objectif non plus: on est encore à six semaines de la Coupe du monde, on sera  prêt réellement le jour J, c'est à dire le 19 septembre (date du premier match  contre l'Italie). On continue d'emmagasiner de la confiance pour attaquer cette  compétition le plus sereinement possible."
   
Vous étiez N.3 dans la hiérarchie des talonneurs pendant le Tournoi,  vous voilà capitaine, la roue tourne...
D.Z: "C'est le sport de haut niveau. Ça va vite, c'est paradoxal oui un peu.  Mais pour l'instant, il n'y a rien de fait, rien de concret. Il faut aborder ce  match collectivement, il faut arrêter de parler de soi et voir les choses en équipe."

VIDEO: Le Crunch, une rivalité de plus d'un siécle 

AFP

Coupe du Monde de Rugby