Papé Italie France 022013
Pascal Papé, capitaine du XV de France | AFP

Pascal Papé: "Valider les progrès"

Publié le , modifié le

Pascal Papé, capitaine de l'équipe de France, estime que le match contre l'Afrique du Sud samedi constitue le moment idéal pour "valider tous les progrès sur un match référence" après une année difficile.

Comment abordez-vous ce dernier match ?
Pascal Papé: "C'est notre dernier match de l'année. On est conscient que réaliser une  belle prestation serait une tournée réussie alors qu'avec une nouvelle défaite, on serait encore un peu dans la nasse. On a une grosse pression mais pas  forcément négative."
   
Après ses deux premiers test-matches, on sent que vous gagnez en confiance...
P.P: "Il y a beaucoup de mieux, c'est une certitude. Face aux Tonga, il y a  eu la victoire et c'était la priorité, mais ce n'est pas une référence dans  l'aboutissement. Samedi, on a l'occasion de finir la tournée du mieux possible  en battant la deuxième meilleure équipe du monde. On sait ce qui arrive, c'est  du poids lourd, très costaud, ce sera un gros combat."
   
Quelle est la différence entre les All Blacks et les Springboks ?
P.P: "Ça n'a rien à voir en termes de jeu mais c'est tout aussi efficace.  C'est une équipe brute qui joue sur la puissance, qui use physiquement  l'adversaire. Il y a moins d'incertitude que chez les Blacks mais ça marche  tout aussi bien. On sait que physiquement, il ne faudra pas subir."
   
Vous sortez de deux matches usants physiquement. Dans quel état est le groupe ?
P.P: "Ça va. L'effectif a pas mal tourné sur le match des Tonga. On a fait  des semaines allégées, on a de la fraîcheur. On ne va pas se cacher derrière ça. On a 80 minutes à tout donner. C'est le moment de valider tous les progrès  sur un match référence face aux dauphins des All Blacks."
   
Le bilan des Français face aux Sud-Africains n'est pas mauvais. Comment  l'expliquez-vous ?
P.P: "Je ne sais pas... C'est un peu dans la culture. Chaque fois que la  France joue face à des nations dites plus fortes, on l'appréhende mieux.  Inconsciemment, ce sont des équipes où tu sais que ça va être difficile. Quelquefois, jouer avec la trouille permet de se sublimer."
   
Il y a une trouille physique face aux Springboks ?
P.P: "En tout cas, c'est une nation contre laquelle si tu n'es pas prêt, tu dérouilles. C'est toujours de l'affrontement direct, très frontal."
   
Pour les avants, c'est un gros défi...
P.P: "Il va falloir les faire douter là où ils sont forts, c'est-à-dire  devant. Il va falloir bien défendre sur leurs ballons portés. 80% de leurs  touches se finissent par un ballon porté et en général, c'est une pénalité (  ...). C'est leur fonds de commerce, on le sait. Après, on n'est pas mal aussi à  ce niveau-là (...). Ils n'ont pas l'habitude de subir dans ce compartiment-là.  Si on arrive à les faire douter sur leurs points forts, on aura une  opportunité."

Vidéo: Papé en conférence de presse

AFP

Coupe du Monde de Rugby