Morgan Parra pensif
L'ouvreur du XV de France Morgan Parra soucieux en fin de match face aux Gallois | AFP - Franck Fife

Parra en première ligne

Publié le , modifié le

L'ouvreur du XV de France Morgan Parra a incarné la victoire en demi-finale de la Coupe du monde samedi face au pays de Galles (9-8): solide en défense, parfois tâtonnant dans le jeu offensif mais souvent réaliste pour offrir tous les points possibles à son équipe. Après cinq matches de Coupe du monde au poste hautement stratégique de demi d'ouverture, Morgan Parra, habituel demi de mêlée, se retrouve en finale.

"Il a été magnifique de courage défensivement, c'est celui qui a créé le plus de brèches dans la défense et il a fait un 100% au pied", a résumé dans un sourire l'entraîneur Marc Lièvremont, satisfait de son pari après avoir écarté son titulaire François Trinh-Duc après deux matches du Mondial et enregistré la blessure de la doublure David Skrela.

Face au pays de Galles, dans un match crispant, Parra (22 ans) s'est particulièrement illustré. D'abord par sa réussite au pied: s'il a raté un drop face aux poteaux en début de seconde période, il a passé les trois pénalités qu'il a tentées et donné au XV de France les neuf points qui lui ont permis de gagner.
Ensuite par ses quelques percées opportunistes, profitant ici d'une erreur défensive galloise (24), là d'une glissade d'un adversaire (46), qui ont amené les quelques rares occasions françaises.  Mais hélas le soutien n'était pas au rendez-vous.

"Je ne fais pas un mauvais match mais j'ai quand même eu pas mal de déchets", estime le Clermontois. "Avec Dimitri (Yachvili), on n'a pas été bon dans le jeu au pied sur le début de match et ça nous a mis un peu dedans. On a eu un peu de mal et ça s'est ressenti", raconte-t-il.  A l'image du XV de France, après des chandelles approximatives et des coups de pied peu précis, il a réduit ses ambitions pour assurer l'essentiel: "On a cherché des touches peut-être un peu moins longues mais on les a trouvées".  En défense, à l'unisson du collectif, il a mis ses 76 kg en opposition à tout ce qui passait, y compris le massif centre Jamie Roberts (1,93 m, 110 kg). Pour pouvoir ensuite lâcher un "ouf de soulagement" au coup de sifflet final.

Coupe du Monde de Rugby