Mondial France Angleterre Lewis Moody portrait 102011
Le capitaine anglais Lewis Moody | AFP - Paul Ellis

Moody: "Envie de jouer notre rugby"

Publié le , modifié le

Le troisième ligne et capitaine de l'Angleterre, Lewis Moody , rappelle l'envie de son équipe de "jouer son rugby" face à la France en quart de finale de la Coupe du monde samedi à Auckland, alors que le XV de la Rose n'a pas réussi à développer complètement son jeu durant la phase de poule.

Pensez-vous posséder un avantage sur les Français, vues les performances qu'ils ont réalisées dernièrement ?
L.M: "Il faut se concentrer sur nous, sur ce qu'on a à faire. C'est la clé et c'est ce qu'on s'est attaché à faire cette semaine. On s'est assuré qu'on arrive dans un état d'esprit positif. On sait ce dont la France est capable, ils ont des joueurs phénoménaux et sur un match, ils peuvent réaliser de grandes performances. On n'a pas fait ce qu'on souhaitait la semaine dernière (contre l'Ecosse), on a envie de jouer notre rugby, faire ce dont on est capable, pas ce qu'on a montré jusqu'à présent. Mais il faudra d'abord assurer nos fondamentaux et mettre les choses dans l'ordre."

Vos courtes victoires face à l'Argentine (13-9) et l'Ecosse (16-12) vous ont-elles conforté sur votre capacité à gagner ?
L.M: Bien sûr, ça nous a amené de la confiance, de pouvoir gagner même en ayant été derrière au score. Car l'important, c'est de gagner quelle que soit la physionomie du match. On sait qu'on a les joueurs pour le faire: Chris Ashton, Jonny Wilkinson, Toby Flood, Ben Youngs, notre pack... Mais on espère aussi que si on arrive à imposer ce qu'on veut en début de match (samedi), on ne se retrouvera pas dans cette situation."

Le XV de France a parfois montré une certaine fébrilité dans ces grands rendez-vous mondiaux. Pensez-vous qu'ils sont aujourd'hui mieux armés ?
L.M: "La Coupe du monde apporte naturellement un surplus de pression, mais cette équipe de France a énormément d'expérience, ses joueurs ont joué beaucoup de matches, des Grands Chelems, des matches de Coupes du monde... Ils savent gérer cette pression."

AFP

Coupe du Monde de Rugby