Richie McCaw
Le flanker néo-zélandais Richie McCaw | AFP - WILLIAM WEST

McCaw-Pocock, le combat des rats

Publié le , modifié le

Richie McCaw est considéré comme le meilleur 3e ligne du monde, mais David Pocock lui conteste désormais ce titre. Dimanche, les deux hommes seront face-à-face et de leur performance respective dépendra en partie le sort du match entre Nouvelle-Zélande et Australie. Spécialistes dans l'art de chaparder les ballons, de ralentir les sorties adverses, de gêner la continuité du jeu, ils sont souvent à la limite de la légalité. C'est ce qui fait leur force.

Comme les rats, Richie McCaw et David Pocock s'infiltrent partout. Parfois même là où ils ne devraient pas être. Un regroupement, un ruck, et les voilà, comme attirés par un morceau de fromage, comme aimantés. A ce jeu, ils sont des références mondiales. Ce sont les rois. Leur poste de flanker leur confère l'obligation de se trouver au plus près du ballon, au plus près des regroupements, pour faire vivre le ballon lorsqu'ils sont en situation d'attaque, ou au contraire de le ralentir s'ils sont en défense. Et c'est ce rôle de 3e ligne aile côté ouvert qui les place souvent dans l'oeil du cyclone.

Le quart de finale entre les Wallabies et les Springboks a mis en lumière le rôle exceptionnel joué par le 3e ligne australien, présent sur tous les points de rencontre, contribuant à la qualification alors même que son équipe a été dominée territorialement (à l'avantage des Boks à 76%) comme dans la possession de balle (à l'avantage des Boks à 56%). Conscient que le rôle de Pocock sera aussi important que celui du capitaine McCaw, le staff néo-zélandais a mis le doigt dessus, par l'intermédiaire de Steve Hansen, l'adjoint de Graham Henry, revenant sur l'arbitrage de son compatriote Bryce Lawrence: "Je dirais que Bryce (Lawrence) a probablement été un peu tolérant. Ce n'est pas possible de ne pas rester sur ses pieds dans les zones de ruck, on ne peut pas laisser les mains sur le ballon une fois que la mêlée ouverte est formée, et il a laissé faire." 

L'arbitre a la clé

Et de mettre un peu de pression sur l'arbitre de leur duel dimanche, le Sud-Africain Craig Joubert: "Joubert est plutôt bon (dans l'arbitrage dans zones de ruck), mais comment va-t-il se comporter sur ce secteur dimanche soir, nous n'en savons rien". Cette sortie a bien évidemment été contrée par son homologue chez les wallabies, David Nucifora: "Je pense que l'arbitre a fait du bon boulot. En tous cas, de là où nous étions assis, je n'ai pas vu de problème et il a été équitable. Je suis sûr que Steve (Hansen) sait ce que jouer avec la règle signifie, il sait comment cela fonctionne". Une manière comme une autre de pointer du doigt Richie McCaw.

Depuis le début de la Coupe du monde, le N.7 australien a été sanctionné deux fois, contre cinq fois à son rival All Black. Dimanche, ils pourraient subir une surveillance accrue de la part du corps arbitral. Mais ce n'est pas pour autant qu'ils vont changer leur jeu, que Pocock détaille ainsi: "Il faut faire en sorte d'arriver le plus vite possible. Et comme vous êtes le joueur qui arrive le premier, alors que la mêlée ouverte n'est pas encore formée, vous avez tous les droits et vous continuez à avoir tous les droits si vous ne mettez pas vos mains sur le ballon. Ca, c'est l'objectif prioritaire, mais aussi d'écouter ce que dit l'arbitre." Et comme le résumait McCaw, "l'art d'un troisième ligne aile, c'est de savoir jauger très vite les interprétations de l'arbitre afin de savoir ce qu'il peut se permettre".

Coupe du Monde de Rugby