Angleterre Martin Johnson portrait costard 2009
Martin Johnson | AFP

Martin Johnson: "La France mérite sa victoire"

Publié le , modifié le

Martin Johnson, l'entraîneur anglais, a qualifié de "brutale" l'élimination du XV de la Rose en quarts de finale de la Coupe du monde face à la France, victorieuse (19-12) à Auckland mais reconnait les mérites des vainqueurs tricolores.

Comment analysez-vous cette défaite?
"Nous avons bien commencé ce match. Je crois que la clé du match a vraisemblablement été le jeu au pied, qui a été meilleur de leur côté et leur a permis d'occuper notre camp. Et, ils ont été beaucoup plus réalistes que nous. Nous avons aussi commis des fautes en défense (...) Cela est l'histoire de notre match, des fautes, des fautes. La façon dont les gars sont revenus en deuxième période a été fantastique. Au final, le sentiment, c'est que ce match était gagnable. C'est brutal! Une équipe sort du terrain en souriant, l'autre pleure. Je suis déçu pour tous les joueurs. On avait l'occasion de vivre quelque chose de vraiment spécial et ce ne sera pas le cas."

Votre équipe est éliminée alors qu'elle avait gagné ses quatre matches de poule, mais sans jamais vraiment maîtriser son sujet...

"Nous étions en quarts de finale sans avoir perdu un match, et là, on a peut-être plus d'occasions de marquer qu'eux. Drôle de sentiment quand vous êtes battus. Mais on a eu trois ou quatre occasions nettes, et on a manqué de réalisme. Beaucoup de joueurs jouaient leur dernière Coupe du monde, Lewis (Moody), Jonny (Wilkinson), Steve (Thompson)... Pour le reste, c'était leur première expérience de ce genre. Une expérience formidable. Mais ils perdent contre une équipe qu'ils auraient dû battre, mais nous n'avons pas été assez bons et la France mérite sa victoire. C'est ça qui est difficile. Je crois en cette équipe. Elle a de belles choses devant elle."

Qu'en est-il de votre avenir? Avez-vous envie de rester à la tête du XV d'Angleterre?
"Ce n'est pas le moment d'en parler, vraiment. Je suis déçu pour tout le monde, pour tout le staff, nos supporters qui étaient là où devant leur télévision. C'est la Coupe du monde: il y a une grosse récompense au bout mais il y a aussi le risque de ressentir ce que je ressens. On va voir. Laissons passer un ou deux jours. Parler de l'avenir, ce n'est pas le bon endroit ni le bon moment."

AFP

Coupe du Monde de Rugby