La charge de l'Italien Mauro Bergamasco
La charge de l'Italien Mauro Bergamasco | MARTIN BUREAU / AFP

L'Italie s'impose avec le bonus contre les USA

Publié le , modifié le

En obtenant difficilement le bonus contre les Etats-Unis, l'Italie s'est offert le droit de rêver. La qualification pour les quarts de finale se jouera dans l'ultime affrontement de la poule C face à l'Irlande. Mais que ce fût dur pour la Squadra Azzurra, bousculée pendant une demi-heure avant de prendre l'air. Mais ce succès 27-10 avec quatre essais suffit à son bonheur.

Si l'Irlande – Italie de dimanche prochain est annoncé comme un huitième de finale, il y avait un préalable pour les Italiens : battre les Etats-Unis avec le bonus obligatoire. Une mission à leur portée mais pas gagnée d'avance. Conscients de l'enjeu, ça commençait vite et fort pour les Azzurri avec un bel essai de Parisse. On jouait depuis moins de trois minutes de jeu (7-0, 4e). L'Italie était facile, trop facile même. L'équipe de Malett sortait alors de son schéma de jeu et finissait par subir la furia américaine. Le bonus, les Italiens allaient l'oublier pour un temps après l'essai de Wyles sur une belle percée d'Emerick (7-7, 18e). Ce n'était qu'à la demi-heure de jeu que l'Italie retrouvait des couleurs. Sur une action confuse, le demi d'ouverture Orquera finissait par libérer les siens (10-15, 31e). Castrogiovanni enfonçait le clou juste avant la pause et redonnait un peu d'air à son équipe grâce à un bel essai d'avant (20-10, 40e).

L'Italie s'en sortait bien mais allait devoir gommer certaines approximations dans les transmissions pour aller chercher ce précieux bonus. Elle accentuait alors son emprise sur ses points forts, à l'avant. Cette grosse période de domination des Azzurri se traduisait par une incroyable séquence de mêlées. Les USA pliaient mais ne rompaient pas. C'était sans résultat pour l'Italie hormis un carton jaune pour l'Américain Stanfill. Mais ce travail de sape finissait par payer. Les amateurs d'outre-Atlantique encaissaient un essai de pénalité logique sur une énième faute (27-10, 67e). L'essai du bonus dans la douleur mais peu importe pour les Italiens qui restent en vie dans ce Mondial. D'ailleurs, après cette délivrance, plus rien n'était marqué dans ce match. Mais l'essentiel était ailleurs...

Coupe du Monde de Rugby