Keith Earls Frederic Michalak France Irlande
Keith Earls écarte Frédéric Michalak | FRANCK FIFE / AFP

L'Irlande projette la France vers les All Blacks

Publié le , modifié le

L'Irlande, plus volontaire et plus juste, a battu la France en "finale" de la Poule D à Cardiff (24-9). Le XV du Trèfle affrontera donc l'Argentine en quarts de finale alors que les Bleus devront créer l'exploit face à la Nouvelle-Zélande...

C'était la grande crainte depuis le tirage au sort, elle est désormais matérialisée. La France, en terminant deuxième de son groupe, est donc promise aux All Blacks. Avant de se projeter sur ce quart et de trouver des motifs d'espoir, il va falloir d'abord revenir sur les raisons de cette défaite face au double vainqueur du Tournoi des VI Nations en titre. Et reconnaître que ces Irlandais étaient tout simplement meilleurs que les Français ce dimanche sous le toit couvert du Millenium. Il faudra également oublier qu'aucune équipe défaite en poule n'est devenue championne du monde. Mais cette statistique doit bien être le cadet des soucis de Philippe Saint-André. Non, ce soir et dans les prochains jours, l'angoisse numéro 1 portera un maillot noir. 

Pendant de longues minutes, cet Irlande-France a ressemblé comme un frère au pays de Galles-Australie la veille. Un jeu de fixation, d'occupation, un jeu assez fermé surtout. Seules l'indiscipline de part et d'autre permet  finalement de faire tressauter le tableau d'affichage. Si Michalak, puis Spedding, manquent les deux premières cartouches bleues, Sexton, lui, vise juste.  L'ouvreur-snipper irlandais fait un sans faute mais il trouve à qui parler avec Scott Spedding.

Par deux fois, l'arrière tricolore fait admirer la puissance de son coup de pompe et maintient, depuis le milieu de terrain, le vaisseau bleu. Ce dernier, par sa figure de proue Louis Picamoles, percute alors le commandant adverse, Jonathan Sexton sur un placage puissant mais licite (25e). Mais le second en chef, Ian Madigan, n'est pas maladroit non plus à la manoeuvre. C'est lui qui, à la 29e minute, redonne l'avantage au Trèfle (9-6, 29e) puis, dans la foulée, intervient l'un des tournants du match avec cet essai tout fait, ruiné par les mains maladroites d'Earls qui laisse échapper le ballon alors qu'il n'avait "qu'"à s'en saisir pour filer à l'essai ! 

L'Irlande oublie Sexton et O'Connell

Les hommes de Saint-André ont senti le vent du boulet et se reprennent aussitôt. La dimension physique imprimée par les Tricolores laissent alors Paul O'Connell sur le flanc juste avant la pause. Mais, même sans leurs deux leaders techniques, les Irlandais conservent leur fighting spirit. Mais pas seulement. Ils prouvent, avec un mouvement splendide, qu'ils savent aussi jouer au large et après plusieurs phases, l'arrière Rob Kearney déchire le rideau bleu en lambeaux (6-14, 50e).

Les hommes de Joe Schmidt ne s'en content pas et imposent au XV de France une véritable épreuve de force. Les partenaires de Dusautoir, vaillants à défauts d'être brillants, courbent l'échine mais ne commettent presque aucune faute, une véritable performance au vu de la pression adverse. Mais la discipline et la condition physique ne suffisent pas toujours. La mêlée verte se remet en marche dans les dernières minutes et Murray, en filou, inscrit le deuxième essai des siens (21-9, 72e). Une dernière pénalité de Madigan sonne le glas des Bleus (24-9, 77e) qui, pas une fois, n'auront approché la ligne d'essai adverse. Et c'est peut-être ça le plus inquiétant au final. 

Julien Lamotte

Coupe du Monde de Rugby