Jonathan Sexton Irlande
Jonathan Sexton s'en va inscrire un nouvel essai pour Irlande | LOIC VENANCE / AFP

L'Irlande envoie un message fort aux Français

Publié le , modifié le

Considérée comme la grande rivale de l'équipe de France pour la première place du Groupe D, l'Irlande a fait forte impression en broyant le Canada (50-7). Puissant et patient à la fois, le XV du Trèfle a construit son succès en première période (29-0) avant de gérer tranquillement son avantage par la suite.

Les deux dernières défaites en match de préparation face à l'Angleterre et le pays de Galles étaient bien, comme prévu, anecdotiques. Forts de leurs convictions, les Irlandais ont retrouvé les bases qui leur ont permis de remporter les deux derniers Tournois des VI Nations. Féroces en conquête et habiles à exploiter les moindres espaces dans la défense adverse, les hommes de Joe Schmidt ont rapidement asphyxié des Canadiens vaillants mais trop vite sans solution pour endiguer la marée verte. 

Jonathan Sexton, en guide inspiré, avait montré la voie en transformant une première pénalité à la 14e minute (3-0) avant le raz de marée. Les avants verts O'Brien et Henderson, à force de pilonnage, marquaient les deux premiers essais avant le renfort de la cavalerie légère des arrières. Profitant de l'exclusion temporaire de Cudmore, les Irlandais faisaient gonfler le compteur grâce à Sexton (28e) puis Kearny (35e) et rejoignaient les vestiaires avec, déjà, le bonus offensif des 4 essais dans la poche (29-0).

Van der Merwe réchauffe le Grand Nord

Inconsciemment ou non, les partenaires d'O'Connell relâchaient leurs efforts après une telle démonstration. Trop faciles, parfois, ils gâchaient quelques occasions faciles contre des Canadiens qui continuaient à jouer le jeu à fond. Cronin remettait bien un peu d'ordre dans la maison en marquant entre les perches (36-0, 66e) mais l'ailier Van der Merwe, auteur d'une interception et d'une course folle, sauvait l'honneur des hommes du Grand Nord (36-7, 68e). Le XV du Trèfle ne pouvait pas terminer sur cette petite vexation et Kearney, bien servi par Earls, puis Payne se chargeaient de redonner un peu plus d'ampleur au score (50-7, 75e). Une victoire qui peut impressionner mais qui est toutefois à relativiser compte tenu de la faiblesse de l'opposition. La France, qui affrontera le Canada le 1er octobre, sera-t-elle aussi facile ? 

Vidéo : les plus beaux moments du match

Julien Lamotte

Coupe du Monde de Rugby