Lièvremont : "L'ambition de faire mieux"

Publié le , modifié le

L'entraîneur du XV de France Marc Lièvremont a nettement relativisé la victoire (26-22) de son équipe face à l'Irlande à Dublin, se refusant à "crier cocorico" à trois semaines du début du Mondial-2011. L'entraîneur a aussi refusé d'évoquer lors de la conférence de presse la liste définitive de 30 joueurs dévoilée dimanche.

Avec une seconde victoire, vous devez être satisfait...
"Bien sûr, c'est intéressant de gagner ces deux matches de préparation, intéressant de gagner celui-là à l'extérieur face à une bonne équipe irlandaise, complète en plus. Ca, c'est positif."

Vous vouliez aligner deux équipes différentes. En êtes-vous satisfait ?
"Le problème, c'est évidemment que les deux scénarios de match sont complètement différents -- c'est aussi ça le sport, le rugby -- avec une entame, plus qu'une entame, une première mi-temps où on a été copieusement dominés. Et puis les joueurs ont eu le talent, l'énergie et les ressources de se reprendre, de mener à mon sens assez heureusement 16-8 à la mi-temps et en deuxième mi-temps, ce deuxième essai en contre de François nous permet de prendre le score. Je me met à la place des joueurs qui ont chargé pendant une mi-temps et qui avaient sans doute envie de ne pas se blesser. Mais il faut aussi qu'ils se mettent à ma place en tant que sélectionneur, à savoir que j'attendais plus. On a laissé passer l'orage, on s'est remis dans l'axe et quelque part, je regrette presque ce deuxième essai en contre qui nous a permis de prendre le large et de gérer. La deuxième satisfaction, c'est qu'il n'y a pas eu de blessés. Après, c'est difficile de parler d'homogénéité, de comparer une équipe et l'autre tant les scénarios de match ont été complètement différents."

Le XV de France partira en Nouvelle-Zélande avec un beau capital confiance...
"Oui, bien sûr. Mais j'ai dit aussi que ce n'était que deux matches de préparation et qu'il fallait aussi voir les contenus et mesurer les progrès qu'il nous reste à accomplir pour se montrer compétitif dans quelques semaines. Bien sûr, c'est intéressant pour la confiance. C'est intéressant parce que ce n'est pas simple de revenir (au score). Je me souviens des Anglais ici, pour la dernière levée du Tournoi (des six nations, NDLR), qui avaient pris la marée d'entrée et qui ne s'en étaient jamais sortis. C'est bien face à une bonne équipe irlandaise que les joueurs aient su trouver les ressources, qu'ils aient eu le talent nécessaire pour revenir au score, même si j'espérais plus sur la deuxième mi-temps."

La gestion des temps faibles a été améliorée...
"Le contenu du match a été complètement différent mais on n'a pas été trop mal sur la gestion des temps faibles. On a bien défendu, à mon sens même défensivement on n'a pas été suffisamment en place, ou on l'était mais sans aller les chercher. Les Irlandais ont déroulé leur rugby sans trop de problèmes jusqu'à ce qu'ils nous punissent par ce premier essai. On aurait aimé proposer un autre rugby mais on a géré. Encore une fois, on sait pourquoi on va en Nouvelle-Zélande. Il faut que les joueurs aient cette ambition, on ne va pas crier non plus cocorico après deux matches contre l'Irlande. C'est bien, bravo à eux, mais il faut avoir l'ambition de faire mieux."

Ce match rend-il vos choix plus difficiles...
(Il coupe). "On en parlera demain matin (dimanche) à neuf heures (10h françaises, NDLR). Pour ce soir, c'est fini. Je sais où vous voulez m'amener. Je ne répondrai pas."

AFP

Coupe du Monde de Rugby