Jano Vermaak Afrique du Sud
Jano Vermaak sous le maillot de l'Afrique du Sud | ANESH DEBIKY / AFP

Les Springboks prêts pour la France

Publié le , modifié le

L'organisation, la préparation et la gestion de l'effectif ont été la clé du succès sud-africain en 2013 et le restent avant l'un des plus gros défis de l'année, samedi face au XV de France, estime l'entraîneur des Springboks, Heyneke Meyer.

Aussi méticuleux dans l'approche des matches qu'il peut être turbulent pendant les rencontres, Meyer avait déjà son équipe en tête pour le choc du week-end au Stade de France avant même le départ d'Afrique du Sud pour l'Europe. "Je planifie énormement et je sais clairement ce que je veux", a-t-il dit en conférence de presse dimanche, après la victoire (28-0) contre l'Ecosse à Edimbourg. "Ce qui est important, c'est que les joueurs sachent quelle est leur place et il s'agit d'une bande de mecs super qui acceptent les rotations quand elles sont nécessaires." La méthode a payé cette année puisque les Sud-Africains ont remporté neuf des onze matches disputés, ne tombant que devant la Nouvelle-Zélande, championne du monde en titre. A Saint-Denis, ils devront se passer de l'expérimenté demi de mêlée Fourie du Preez, libéré comme convenu avec son club avant le début de la tournée. Il est remplacé par Ruan Pienaar.

Aligné à trois reprises cette année, Jano Vermaak fera quant à lui son retour dans le groupe. Le demi de mêlée, qui s'est récemment engagé avec Toulouse, avait honoré sa première cape en juin contre l'Italie. "Fourie nous manquera cruellement après avoir été l'homme du match dans deux des cinq tests auxquels il a participé cette saison", a dit Heyneke Meyer. "Il a vraiment donné de sa personne durant la dernière quinzaine et nous avons de la chance de pouvoir le remplacer par un autre joueur de classe mondiale avec Ruan Pienaar." "Il a toujours été prévu que Jano nous rejoigne pour la semaine du match contre la France. Il avait besoin de temps de jeu et a réalisé de magnifiques performances avec son club ces dernières semaines", a-t-il souligné. "Il a déjà fait partie du groupe et connaît bien nos plans et nos systèmes", a-t-il dit.Les Springboks n'ont plus battu la France chez elle depuis novembre 1997 (10-52).

Reuters

Coupe du Monde de Rugby