Irlande Argentine David Wallace Sean Cronin 11 2010
David Wallace et Sean Cronin (Irlande) | AFP - Peter Muhly

Les grands absents de la Coupe du monde

Publié le , modifié le

Comme d'habitude, quelques grands noms du rugby mondial vont manquer le rendez-vous planétaire à partir du 9 septembre. Entre les blessés, les convalescents et les joueurs non sélectionnés par leur staff, la liste est prestigieuse des laissés pour compte. De Giteau à Rokocoko en passant par Hernandez, Sivivatu, Juan Smith ou Henson, petit retour sur ces vedettes qui ne régaleront pas les supporters en Nouvelle-Zélande.

Si en France l'absence de Sébastien Chabal ou de Yannick Jauzion a beaucoup fait causer dans le microcosme ovalien, à l'étranger les surprises n'ont pas manqué lors de la diffusion des listes définitives élaborées par les sélectionneurs de tous les pays et notamment des nations majeures du rugby mondial. A tout seigneur, tout honneur. Champions du monde en titre, les Springboks devront se passer de leur 3e ligne aile Juan Smith. Elément clef de l'Afrique du Sud, le natif de Bloemfontein devait disputer sa troisième Coupe du monde après 2003 et 2007 (8 essais en 64 capes). Logiquement, il ne devrait plus être là en 2015, à 34 ans…

Rokocoko et Sivivatu écartés

Les All Blacks déplorent également l'absence de plusieurs cadres de la dernière décennie. Les rapides Joe Rokocoko (28 ans, 69 sélections, 46 essais, futur Bayonnais) et Sitiveni Sivivatu (29 ans, 45 sélections, 29 essais, futur Clermontois), victimes de l'intense concurrence sur les ailes chez les All Blacks (Guilford, Jane voire Dagg), n'ont pas été pris par Graham Henry.

Autre prétendant au titre, l'Australie a effectué un choix très difficile en se séparant de Matt Giteau, capable d'évoluer à tous les postes des lignes arrières. Le néo Toulonnais, maître à jouer des Wallabies depuis des années (92 sélections, presque 700 points marqués en sélection dont 29 essais), a lui aussi officiellement été écarté pour des raisons sportives.
Côté anglais, deux joueurs clefs manqueront à l'appel: le centre d'origine néo-zélandaise et ancien Briviste Riki Flutey (20 sélections, 4 essais) n'a pas davantage convaincu le sélectionneur Martin Johnson, qui a dû se passer du demi de mêlée Danny Care (31 capes, orteil).

Chez les outsiders, même topo avec des blessures dommageables et des choix litigieux. Caucaunibuca n'a pas été retenu pat le staff des Fidji de même que Henri Tuilagi (Perpignan) par le sélectionneur samoan. Le pays de Galles a aussi payé un lourd tribut aux blessures, perdant son capitaine et talonneur Matthew Rees (47 capes, cou), ainsi que le centre Gavin Henson (33 capes, 130 points, poignet). Le 3e ligne vétéran Martyn Williams (99 sélections) a quant à lui subi la concurrence des jeunes, dont le nouveau capitaine Sam Warburton. Chez les Irlandais, le troisième ligne David Wallace (78 sélections, 11 essais) a dû renoncer sur blessure, alors que le demi de mêlée Peter Stringer (94 capes, 6 essais) n'a pas été retenu, victime du poids des années. 

Hernandez, Domingo, Rees blessés

Le fantastique ouvreur argentin Juan Martin Hernandez a été trahi par son corps. Blessé à plusieurs reprises ces dernières années, il était insuffisamment remis d'une rupture des ligaments du genou droit début mars. La même mésaventure est arrivée à Thomas Domingo, le pilier tricolore (17 capes). Sébastien Chabal (62 sélections), devenu célèbre dans le monde entier par ses plaquages destructeurs lors d'une tournée au pays des All Blacks en juin 2007 avant d'être la vedette médiatique du Mondial en France la même année, a été victime du grand coup de balai décrété par Marc Lièvremont au printemps dernier.

Le sélectionneur du XV de France a également écarté de son groupe des 30 deux cadres des lignes arrières, Yannick Jauzion (73 capes, 20 essais) et Clément Poitrenaud (43 sélections, 35 points), qui avaient, comme Chabal, participé aux Coupes du monde 2003 et 2007. Sans oublier le pilier Sylvain Marconnet (82 capes) qui avait participé en 1999 et en 2003 avant de déclarer forfait pour blessure en 2007. Pour ces quatre stars des Bleus, il s'agissait très probablement de leur dernière chance de disputer un Mondial. Le sport est parfois très cruel.

Coupe du Monde de Rugby