Sam Walburton et Vincent Clerc
Le capitaine gallois Walburton sera exclu suite à ce plaquage dangereux sur Clerc | AFP - Marty Melville

Les Gallois tapent le carton

Publié le , modifié le

Tournant de la demi-finale France - Galles, le carton rouge infligé au capitaine des Rouges Sam Warburton fait couler beaucoup d'encre de l'autre côté de la Manche. Beaucoup considère que cette décision de l'arbitre irlandais Alain Rolland a faussé le résultats (9-8). Même les Premiers Ministres s'en mêlent...

18e minute. La cathédrale de l'Eden Park résonne sous les assauts des maillots rouges. Mi-ange mi démon, Sam Warburton retourne Vincent Clerc comme une crêpe. Le geste n'a pas échappé à l'oeil inquisiteur de l'émissaire de l'IRB, l'arbitre Alain Rolland. Sanction il y aura. Pas deux Pater ou trois Ave mais la damnation pour le capitaine gallois. A plus de soixante minutes de la fin du match, ce carton rouge, seulement le 2e de ce Mondial, va peser lourd sur les épaules britanniques. En manque d'inspiration divine, les Français sont bien lotis avec cet avantage numérique. Sauf grossière erreur, la terre promise est au bout du chemin. Près d'une heure plus tard, les Bleus obtiennent la victoire 9-8 en ayant souffert le martyr.

Même si les Britanniques sont les apôtres du fair-play (surtout quand ils gagnent), ce carton rouge a du mal à passer dans toutes les gorges gallois. "Warburton "n'est pas un joueur violent. Pourquoi gâcher une demi-finale de Coupe du monde avec un carton rouge ?", s'est interrogé le sélectionneur du XV du Poireau, Warren Gatland, après le match. Nous ressentons simplement que le destin de ce match nous a été ôté avec le carton rouge. Il l'a levé, cela vaut un carton jaune, mais il ne l'a pas accompagné au sol. Est-ce que cela signifie qu'à chaque fois où, sur un plaquage, un joueur est levé, il y a carton rouge ?", a lancé l'entraîneur néo-zélandais des Gallois. Sam Warburton fait lui acte de repentance. "Je suis très déçu, mais il n'y avait pas de mauvaise intention de ma part". Mais en sport, il n'y a pas que l'intention qui compte. Seul le résultat compte... Marc Lièvremont ne trouve d'ailleurs rien à redire à la décision de M.Rolland. "On peut regretter, pour une demi-finale de Coupe du Monde, qu'elle soit très déséquilibrée mais vous avez vu le plaquage comme moi, un plaquage appuyé qui peut être extrêmement dangereux et à mon sens, il y a carton rouge".

Si les voix de l'arbitre sont impénétrables, celles des hommes politiques le sont beaucoup moins. Au pays de Galles, la réaction du Premier Ministre Carwyn Jones, qui a regardé le match sur l'écran géant du Millennium Stadium de Cardiff, ne s'est pas faite attendre. Selon lui, l'exclusion de Warburton était "mauvaise décision, cela a gâché le jeu". Le geste méritait "un carton jaune, pas un carton rouge. Le jeu a été détruit à partir de là", a-t-il ajouté. L'analyse est différente côté français. François Fillon, dont la femme est Galloise, a jugé qu'"en sport comme en politique, seule la victoire est belle". Il est ni plus ni moins sur la même longueur d'ondes que le sélectionneur tricolore. "Je vais vous dire un truc, je m'en fous complètement que le match n'ait pas été beau, qu'on ait eu de la réussite, et que les Gallois méritaient peut-être plus mais on est en finale et c'est tout ce qui compte. Si on doit être champion du monde en jouant le même rugby, on sera champion du monde en jouant le même rugby", a-t-il avancé. Amen !

Coupe du Monde de Rugby