Thierry Dusautoir et Philippe Saint-André
Thierry Dusautoir en discussion avec son sélectionneur Philippe Saint-André à l'entraînement | AFP - FRANCK FIFE

Les Français "en alerte" pour affronter les Canadiens

Publié le , modifié le

Dernier match avant la "finale" du groupe D contre l'Irlande, le duel avec le Canada, jeudi, est pris très au sérieux par les joueurs de l'équipe de France. "Un homme avertit en vaut deux", a souligné Yannick Bru, l'adjoint de Philippe Saint-André. "On n'a pas de marge", prévient Thierry Dusautoir, le capitaine qui se méfie encore plus des Canucks qui se déclarent "fiers" d'affronter les Bleus: "En général quand tu es content de jouer contre une équipe dite supérieure tu donnes tout sur le terrain, voire au-delà."

"Le rugby  reste un sport de combat et c'est l'équipe la plus déterminée qui gagne, pas forcément  celle qui est la meilleure sur le papier." Thierry Dusautoir retrouve le terrain (il était au repos contre la Roumanie) et met toute son expérience au service de son équipe.

Pour affronter le Canada, il sait que la première faute à ne pas commettre, c'est de manquer d'humilité. "Aborder ce match face au Canada en se  disant que c'est une répétition générale avant l'Irlande serait une grossière  erreur. Surtout quand on voit la performance des Canadiens face aux Italiens", rappelle-t-il. L'avis ets partagé par Yannick Bru, l'adjoint de Philippe Saint-André chargé des avants, qui espère que la leçon du match contre les Roumains a été retenue: "Je peux vous garantir qu'on avait essayé de préparer ce match contre la Roumanie avec  beaucoup d'humilité. On savait qu'il y aurait de la puissance sur le terrain. Mais Philippe a dû intervenir à la mi-temps pour remettre l'équipe dans le droit chemin." Après une "semaine très studieuse", il assène avec conviction un constat en forme d'avertissement: "Les joueurs prennent conscience que chaque match de Coupe du monde est une  opportunité unique. C'est dommage de gâcher ça par un manque d'engagement."

"Pas d'équipe faible dans cette Coupe du monde"

De l'engagement, il en faudra, énormément même. Les joueurs à la Feuille d'Erable ne font pas dans la dentelle. "Les Italiens gagnent de façon très juste (23-18, ndlr) et ont dû vraiment s'y  coller", rappelle Thierry Dusautoir. "Nous, on n'a pas de marge, il faut qu'on s'engage sans vraiment penser  aux matches suivants." Pour lui, l'approche de cette rencontre est simple, claire: "La meilleure façon d'aborder un match de ce niveau et de cette  importance pour nous c'est de ne faire aucun cas de ce qu'il se passe en face  et se concentrer sur nous. Après, le Canada est une équipe qui a beaucoup progressé. Ce sera un  match de combattants. Ils ont pas mal d'arguments ballon en main et savent  mettre de la vitesse quand on les laisse le faire. On peut constater que depuis le début de cette Coupe du monde qu'il n'y a pas d'équipe faible, qu'il faut  toujours se bagarrer et qu'au moins la première mi-temps n'est jamais facile. Ce sera un match dur."

Et quand on lui rapporte que les Canucks sont "fiers" de jouer leurs cousins français, il rétorque immédiatement: "Je me mets en alerte tout de suite ! En général quand tu es content de  jouer contre une équipe dite supérieure tu donnes tout sur le terrain, voire  au-delà. Nous on doit se préparer à cette opposition-là. A nous d'être aussi déterminé, voire  plus. Ca montre bien qu'en aucun cas il faudra les prendre de haut." Critiquée pour son manque de jeu fluide depuis le début de la Coupe du monde (comme depuis quatre ans), l'équipe de France doit franchir un palier, pour arriver en confiance contre l'Irlande dans ce qui devrait être la "finale" de ce groupe. "Les joueurs ont tout simplement envie de se faire davantage plaisir que la semaine dernière", ajoute Yannick Bru.

Coupe du Monde de Rugby