Bryan Habana
Bryan Habana | AFP - Philippe Lopez

Les Boks sans pitié pour la Namibie

Publié le , modifié le

Pays voisins, la Namibie et l'Afrique du Sud ne s'étaient affrontés qu'une fois, en 2007, pour une victoire sans partage (105-13). Dans la poule D de la Coupe du monde, la sanction a été aussi humiliante (87-0), avec douze essais à la clé. Mais courageux et combatifs, les Namibiens ont retardé l'échéance, avant de craquer à l'heure de jeu. Avec un essai, Bryan Habana en a profité pour devenir le meilleur marqueur de l'histoire des Springboks, avec 39 essais.

Ils ont beau être voisins, ils n'évoluent pas dans la même catégorie. Les champions du monde étaient donc archi-favoris avant d'affronter les Namibiens. Plus d'expérience, plus de puissance, plus de technique, plus forts tout simplement. Et comme souvent, c'est à l'heure de jeu que l'avalanche s'est abattue sur les têtes namibiennes.

Le déficit de puissance de la Namibie a néanmoins été longtemps compensé par un enthousiasme extraordinaire, perturbant le jeu adverse. Dès le début de la rencontre, les Bleus prenaient le jeu à leur compte, relançant les ballons et multipliant les temps de jeu. Le problème résidait, comme toujours pour les adversaires des Boks, dans les possibilités de franchir le rideau défensif. Et comme les autres, les Namibiens ont rebondi dessus avant d'être contrés, avec d'abord une pénalité passée par Morné Steyn sur la première action offensive (3e). Puis avec une récupération à mi-terrain bonifiée par une série de petites passes rapides et d'une dernière, après contact et un beau passage de bras de Hougaard pour Aplon en bout de ligne, qui n'avait plus qu'à accélérer légèrement pour aller dans l'en-but (7e, 10-0). Si le combat imposé par les Boks rendait leur supériorité indéniable, la combativité namibienne gênait énormément la fluidité de leur jeu, avec une pression incessante sur le demi de mêlée Hougaard. Déjà peu alerte, le jeu de trois-quarts de l'équipe de Peter De Villiers s'en trouvait pénalisé, mais retrouvait des couleurs à la 22e minute avec une passe de Rossouw pour Habana, qui avait un couloir et 40m à parcourir pour inscrire son 39e essai sous le maillot sud-africain. Le meilleur joueur de la Coupe du monde 2007, auteur de 8 essais voici quatre ans, dépassait ainsi le record de Joost Van der Westhuizen en allant pour la première fois dans l'en-but dans ce Mondial néo-zélandais. Et il mettait fin à une longue disette, puisqu'il n'avait plus marqué en match international depuis le 26 juin 2010.

La Namibie craque à l'heure de jeu

Petit à petit et très logiquement, l'Afrique du Sud accroissait sa main-mise sur le jeu, et un essai de pénalité leur était accordé après plusieurs mêlées enfoncées à 5m (30e, 24-0). Et après avoir dû jouer les pompiers sur une superbe relance namibienne avec notamment un beau slalom de Bock, les champions du monde inscrivaient un quatrième essai par Fourie, servi de façon acrobatique par une chistera après contact de François Steyn (39e, 31-0). La relance, sur le coup d'envoi, d'Aplon aurait mérité mieux que s'arrêter sur la ligne des 22m adverses. A la mi-temps, la Namibie restait à quai sans le moindre point inscrit.

Au retour des vestiaires, la physionomie du match ne changeait pas. Volontaire, la Namibie souffrait dans le jeu d'avants, et sur un maul enfoncé, le ballon allait en bout de ligne jusqu'à Habana qui tapait à suivre pour Aplon, devancé, après examen à la vidéo, par un Namibien au moment d'aplatir (45e). Ce n'était que partie remise, sur une pénalité jouée rapidement par Hougaard et relayée par une charge de Botha, conclue sur un sur-nombre par François Steyn (49e, 38-0). Le joueur du Racing-Métro était encore là pour réaliser une belle percée dans l'axe de la défense, avant de servir Habana, repris à 3m sans que ses coéquipiers ne parviennent à inscrire un nouvel essai (55e). Là encore, c'était reculer pour mieux sauter, Morné Steyn, servi par Hougaard après une mêlée encore dominée, atteignant la terre promise (61, 45-0). Le temps passant, la fatigue venant du côté namibien, les remplaçants entrant côté sud-africain, le score enflait après un bon travail de Spies qui envoyait De Jongh à l'essai (63e, 52-0). L'ailier remplaçant était tout près de réaliser le doublé, mais il s'écroulait à 5m, et le jeu rebondissait jusqu'à l'autre aile pour le doublé d'Aplon (65e, 59-0). Après avoir beaucoup donné, Hougaard était cette fois à la conclusion, en position d'ouvreur après l'entrée en jeu de Du Preez, en partant au ras d'un regroupement (68e, 66-0). Et l'ailier des Stormers avait une nouvelle occasion de réaliser le doublé, ce qu'il ne laissait pas passer cette fois (72e, 73-0). La Namibie était à deux doigts de sauver l'honneur à la 74e minute, mais un Sud-Africain était plus prompt pour aplatir le ballon dans son en-but. Et Rossouw, 3e ligne placé en 2e ligne, était encore présent au relais de son talonneur Smit pour inscrire le 11e essai de la rencontre (78e, 80-0). A son tour, Hougaard réalisait le doublé en s'arrachant d'un regroupement pour n'avoir qu'un crochet à faire et courir 50m (80e, 87-0).

Douze essais, aucun encaissé, l'Afrique du Sud a largement rempli son contrat en assurant les bases de son jeu pour réaliser le plus grand écart au score depuis le début de cette Coupe du monde.

Coupe du Monde de Rugby