France Nallet Harinordoquy Falgos 072011
Les avants tricolores au travail | AFP - Franck Fife

Les Bleus à l'heure des choix

Publié le , modifié le

Le XV de France vient de terminer son premier de préparation et son deuxième stage à Falgos et va basculer dans la préparation des deux matches contre l'Irlande. Entre les blessés de longue durée, les petits bobos, l'avancement du projet de jeu et la perspective de jouer à balle réelle, la semaine à Marcoussis s'annonce intense et intéressante.

Quel rugby?

Avec ce stage, les Bleus sont entrés "dans le vif du sujet de la partie rugby", souligne Marc Lièvremont. Coupé du monde, le groupe s'est recentré sur lui-même pour se créer des référents collectifs dans le jeu. "Les joueurs vont être vraiment focalisés sur leur boulot, en vase clos" se satisfait Lièvremont. A côté du travail physique et d'un travail de technique individuelle, la partie rugby est de plus en plus prépondérante. "On a une large palette de lancements de jeu. Il n'y a pas de grand bouleversement mais il y a des choses nouvelles." Il en faudra. Le début des Tri-Nations a donné des indices sur le jeu qui devrait être pratiqué par les meilleures nations: de la vitesse dans les transmissions et les phases de rucks, de l'intensité dans les phases de jeu. "La vraie différence pour nous, c'est qu'on a le temps de peaufiner, sans jamais être dans l'urgence d'un match", positive Lièvremont.

Quid des blessés?

C'est encore et toujours le point noir de cette préparation. les grands blessés sont encore très incertains. Le talonneur William Servat (genou), le pilier Thomas Domingo (genou) et le centre Aurélien Rougerie (malléole) poursuivaient quant à eux leur travail de réathlétisation en compagnie des préparateurs physiques. Ils ont repris la course, parfois avec un travail d'appuis. Est-ce suffisant à six semaines du début de la compétition? "Ce qui serait catastrophique, ce serait de vouloir brûler les étapes, vivre une rechute et donc griller définitivement le joueur pour la Coupe du Monde" rassure Lièvremont. Pourtant, ces joueurs pourraient revenir à la compétition lors d'un match de Coupe du monde. Vu l'intensité du jeu pratiquée lors de cette compétition, il est permis de douter de leur capacité à suivre le rythme. "On sera amenés à faire des choix et l'évolution de leur état fera qu'on devra peut-être partir en Coupe du Monde sans eux", avance le sélectionneur qui pourrait partir avec deux joueurs pas à 100% et sans repère individuel et collectif.Pas raisonnable.

Quelle équipe contre l'Irlande ?

Du coup, au moins trois joueurs ne seront pas des rencontres amicales contre l'Irlande le 13 et 20 août. Après une préparation intensive, ces matches seront l'occasion d'une grande revue de l'effectif et des combinaisons de joueurs. "On travaille pour arriver à mobiliser l'essentiel des joueurs et arriver le 22 août avec 30 joueurs au niveau homogène", insiste Lièvremont. Les rencontres pourraient donner à des essais incongrus comme l'arrière-ailier Maxime Médard… au centre. Pas question de figer l'équipe du côté du staff. "On ne va pas partir dès le 13 août avec une équipe type qui va jouer tous ces matches. Certains parlent de pression par rapport aux postes de titulaires, au statut des uns et des autres. Pour l'instant, ça fonctionne bien comme ça et si on peut aller le plus loin possible avec ce fonctionnement, jusqu'au quart de finale, ce sera bien." Oui, ce serait déjà bien d'aller en quart.

Mathieu Baratas

Coupe du Monde de Rugby