Marc Lièvremont
Marc Lièvremont | AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Les Bleus fiers de leur prestation

Publié le , modifié le

Les joueurs et le staff de l'équipe de France ont affiché leur immense déception à l'issue de cette finale perdue d'un tout petit point contre la Nouvelle-Zélande (8-7). Marc Lièvremont n'a pu retenir ses larmes, d'autres sont sortis marqués physiquement (Morgan Parra, Vincent Clerc) et mentalement (Lionel Nallet, Nicolas Mas). Petit florilège des réactions françaises après ce troisième échec en finale mondiale pour les Bleus.

Abattu comme nombre de ses joueurs, le sélectionneur Marc Lièvremont n'a pas éludé la question posée par Christian Califano au terme de ce féroce combat. Les larmes aux yeux, la moustache en bandoulière pour la dernière fois (a priori), l'ancien entraîneur de l'US Dax a d'abord tenu à souligner le respect que lui imposait l'adversaire du jour: "Les Blacks méritent cette victoire. J'ai déjà dit que c'est la plus belle équipe de tous les temps", a-t-il confié pour commencer. Avant de rendre hommage à ses joueurs, ces fameux "sales gosses" qu'il a parfois titillés au-delà de la limite. "Ce soir, le XV de France a été grand, immense même. Mais ça n'a pas suffi. C'est difficile de se battre contre tout un peuple qui attend ça depuis 24 ans. On a eu un match énorme du XV de France. On aurait aimé ramener la Coupe en France, ce ne sera pas le cas. On réalisera plus tard. On a juste conscience d'être passé près de l'exploit."

Rougerie: "Ca aurait pu finir en apothéose"

Dimitri Yachvili, le demi de mêlée, voulait également retenir la belle prestation du groupe durant cette finale: "On a tout donné", a-t-il asséné. "On s'est dit qu'on ne devait pas avoir de regrets, qu'on devait mourir sur le terrain. On a fait preuve d'une grosse solidarité. Il nous a manqué un déclic. On a aussi eu beaucoup de blessures. On est fier.". Pour Lionel Nallet, la tristesse prédominait: "On est très déçus de perdre comme ça, d'échouer à un point. Surtout qu'on prend l'essai après une pénalité qui nous renvoie chez nous, et qu'on fait une erreur sur la touche".

Le capitaine Thierry Dusautoir, lucide et digne dans la défaite, a salué la performance mentale des Blancs d'un jour. "C'est dur à encaisser", a-t-il dit. "La semaine a été difficile,  nous avons pas mal souffert. J'espère quand même qu'on a pu apporter un peu  d'émotion aux gens. C'est rude. On a eu de la réussite dans d'autres matches,  pas cette fois. L'ensemble des joueurs et du staff, on peut être fier de ce  qu'on a montré. On a montré une force mentale, et ça vaut quelque chose en  rugby. On est moins talentueux que les Blacks mais on les a fait douter. Ce  n'est pas l'essentiel puisqu'on a perdu mais on peut rentrer la tête haute.". "On a tenu parole, on a envoyé du jeu", a de son côté précisé Aurélien Rougerie, le "papa" des lignes arrières, vrai lion aujourd'hui sur la pelouse. Il nous a manqué un peu de chance, un rebond, un détail. Je suis un peu déçu mais je suis fier du comportement des jeunes. Moi, je ne sais pas si je reviendrais. Ca aurait pu finir en apothéose mais c'est comme ça. C'est une aventure humaine qu'on oubliera pas".

Mermoz: "On a montré un beau visage"

Aucun Tricolore n'a voulu remettre en cause le résultat malgré les quelques décisions litigieuses de Monsieur Joubert en fin de match. "Vu le score et la physionomie du match, c'est justifié", a expliqué Maxime Mermoz. "Maintenant, on peut avoir des regrets car on a fait un bon match malgré la défaite. On a montré qu'on savait joué au rugby. En deuxième mi-temps, on est dedans et ça se joue à vraiment pas grand chose. Certains annonçaient un record de points ou une démonstration. Ca nous a motivés car ce qui a été dit était vexant. On a plusieurs visages et on montré aujourd'hui un beau visage même si on n'a pas rempli tous le contrat". 

"Il ne nous a pas manqué grand chose pour passer devant", a insisté Julien Bonnaire. "On savait que ce serait la guerre. Il nous manque un point mais c'est le sport de haut niveau. On avait envie de montrer notre niveau et on sort la tête haute." Le troisième ligne clermontois, peut-être l'un des meilleurs joueurs de cette Coupe du monde, a souligné" la puissance du groupe. "On est passé par des moments difficiles et on s'est resserré tous ensemble. Maintenant, on va boire un coup tous ensemble avant de regagner la France et de retrouver nos familles".

Coupe du Monde de Rugby