Beauden Barrett (All Blacks) essai contre Afrique du Sud Mondial 2015
Rentré en jeu à la place de Nehe Milner-Skudder, l'ailier des All Blacks Beauden Barrett a inscrit le deuxième essai salvateur de la Nouvelle-Zélande contre une Afrique du Sud valeureuse mais beaucoup trop dominée... | FRANCK FIFE / AFP

Les Blacks disposent des Bocks et filent en finale !

Publié le , modifié le

Le choc des titans a bel et bien eu lieu. Pour cette première demi-finale de Coupe du monde, les deux plus grandes nations du rugby, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, se sont livrées une immense bataille pendant 80 minutes sur la pelouse de Twickenham. Les All Blacks, dominateurs de bout en bout, se sont souvent confrontés à une défense aussi disciplinée qu'héroïque des Sud-Africains mais sont parvenus à faire sauter le verrou adverse pour s'imposer (20-18) et se qualifier pour une deuxième finale de Mondial consécutive !

L'histoire de la rivalité entre ces deux géants de l'Ovalie ne nous lasse jamais. Si depuis plus de vingt ans, les All Blacks dominent leur meilleur ennemi sud-africain, cette confrontation n'est en aucun cas prévisible. Jamais. Cet après-midi, une fois de plus, le choc de ces deux titans nous a offert une véritable démonstration du très haut niveau du rugby mondial. Deux philosophies de jeu, deux approches différentes et deux formations qui ont tout donné pour glaner son ticket pour la finale de ce magnifique Mondial. Au final, la meilleure équipe l'a emporté, à savoir la Nouvelle-Zélande. Pourtant, l'Afrique du Sud s'est transcendée dans l'impact physique et en défense pour perturber le plus possible le XV de la Fougère qui n'est pas tombé dans le panneau..

Le coup de pied de Pollard a maintenu le suspense

Pourtant, le piège tendu par les Springboks paraissait judicieux tant ils ne sont jamais sortis de la partie, laissant pas plus de cinq points au maximum, à leur adversaire et menant même au score pendant une bonne partie de la rencontre. Clairement, Deon Mayer avait opté pour la meilleure stratégie qui visait tout simplement à pousser les Blacks à la faute le plus souvent possible. Et cela a marché puis souvent payé puisqu'au final, le XV de la Fougère a concédé pas moins de 13 pénalités (contre 6 seulement pour l'Afrique du Sud). Du coup, l'ouvreur sud-africain ne s''est pas fait prier pour sortir le match parfait aux pieds.

Un vrai festival. Handré Pollard a montré cet après-midi tous ses talents de buteur d'exception. Si ses avants ont permis aux siens de maintenir son équipe dans le défi physique, le demi d'ouverture Sud-Af' a gardé sa formation dans la partie au niveau du tableau d'affichage. Il a réalisé un cinq sur cinq impérial et malgré des angles souvent improbables. Cette réussite au pied a donc permis aux Bocks de faire longtemps douter des Blacks largement dominateurs mais trop indisciplinés et étonnamment en manque de réussite face à la défense héroïque adverse.

Les Blacks font parler leur maîtrise du jeu

Finalement, et bien que l'Afrique du Sud ait livré une magnifique performance défensive, la Nouvelle-Zélande mérite largement sa place en finale. Tout du long de la partie, les hommes de Steve Hansen ont récité leur rugby, en prenant d'assaut en permanence le territoire adverse (67% d'occupation et 57% de possession). D'ailleurs, dès l'entame du match, les Blacks faisaient parler leur vitesse et leur science du jeu spectaculaire avec un essai à la clef (7-3, 6e). Coulissant de la gauche vers la droite, Richie McCaw délivra une subtile passe lobée vers Jerome Kaino qui, à pleine cannes et en faisant parler toute sa puissance; s'en allait aplatir.

Si Pollard permettait aux siens de rester dans le match (11e, 21e, 39e et 57e), les Blacks revenaient après la pause avec la même détermination qu'en début de rencontre. Auteur d'un travail de fixation magistral, Ma'a Nonu sert le long de la ligne à gauche l'entrant Beauden Bennett pour le deuxième essai néo-zélandais. Celui du break au final et celui qui allait permettre aux Blacks de gérer jusqu'à la fin. Faisant en effet preuve d'une solidarité incroyable, les joueurs du XV de la Fougère résistaient sans problèmes aux derniers assauts Sud-Af' qui ne donnaient rien.

Pour la deuxième fois de suite, la Nouvelle-Zélande verra la finale d'un Mondial, et rien n'est plus logique cet après-midi tant cette équipe, sans forcément briller, parait infaillible. Sachant s'adapter à n'importe quelle situation et face à n'importe quel adversaire, les All Blacks campent déjà et logiquement le rôle d'immense favori.

Coupe du Monde de Rugby