Haka Nouvelle-Zélande All Blacks
Le traditionnel Haka d'avant-match pour les All Blacks. | GIANLUIGI GUERCIA / AFP

Les All Blacks, grands favoris, visent le doublé historique

Publié le , modifié le

La Nouvelle-Zélande est la capitale du rugby. Sa domination, son haka traditionnel et son maillot noir écrivent à eux seuls les nombreuses pages qui composent le grand livre d’histoire du rugby. En Angleterre, les coéquipiers de Richie McCaw sont bien entendus les grands favoris à leur propre succession. Et ils comptent bien conserver leur couronne mondiale, ce qui serait une première.

Jamais encore une équipe n’est parvenue à conserver son titre mondial. Les hommes en noir de Nouvelle-Zélande ont pour objectif d’être les premiers à réaliser cet exploit, puisque comme l’explique le sélectionneur Steve Hansen, « cette équipe a besoin de grands défis ». Après tout, les premières fois, ça les connaît, puisque ce sont eux qui ont remporté la première Coupe du monde de rugby, en 1987. S’ensuivit ensuite une longue traversée du désert en matière de trophées internationaux.

Les All Blacks dominent leur sujet, mais ne parviennent pas à trouver la clef du succès en Coupe du monde. Dès qu’un Mondial a eu lieu en Europe, les coéquipiers de Dan Carter n’ont jamais fait mieux qu’une troisième place (il y a 24 ans). Et c’est peut-être en 2007 qu’ils signent leur plus gros échec : élimination en quarts de finale, face aux Français. Une humiliation, qui confirme qu’en Coupe du monde, les Blacks sont moins sereins qu’en saison.  Sauf quand cet événement est à nouveau organisé chez eux, à domicile, comme en 2011. Contre la France, la Nouvelle-Zélande remporte pour la seconde fois de son histoire le titre suprême.

42 victoires depuis 2011, pour... trois défaites

Les statistiques impressionnantes des Blacks | Create infographics

Les Blacks débarquent forcément en Angleterre avec le statut de grands favoris. Depuis leur titre de champion du monde en 2011, ils n’ont perdu que trois fois. Face à l’Angleterre en 2012, contre l’Afrique du Sud en 2014, et enfin face à l’Australie cette année. Les All Blacks comptent également deux matches nuls (encore contre l’Australie en 2012 et 2014) pour l’énorme bilan de 42 victoires. Le capitaine Richie McCaw, l’homme aux 142 sélections assume cette pression qui entoure ses coéquipiers : « Il faut s'en servir et l'utiliser comme moteur. » Tous les regards seront braqués sur eux et sur leur entrée en lice, qui est prévue dimanche, face à l’Argentine. Le joueur de 34 ans, qui a joué 105 sélections en tant que capitaine préfère d’ailleurs relativiser à ce sujet : «Lorsque les All Blacks jouent, que ce soit chez eux ou ailleurs, on s'attend à ce qu'ils gagnent. Tous les matches. Cette pression existe quoi qu'il en soit, alors jouer loin de chez nous ne change pas grand-chose.»

La Nouvelle-Zélande ne devrait pas avoir trop de difficultés à sortir de son groupe de qualifications (Namibie, Tonga, Géorgie et Argentine). Les Blacks ont l’équipe qu’il faut pour pouvoir prétendre à ce qui serait la troisième couronne mondiale de leur histoire. La sélection est composée d’un mélange de joueurs expérimentés comme Carter et McCaw, avec d’autres plus jeunes mais déjà prêts pour un tel événement, comme Savea ou Retallick. 

Cette île des antipodes compte 15 fois moins d’habitants que la France. Elle observe également un nombre de licenciés au rugby trois fois inférieur à celui de la Fédération Française de rugby. Et pourtant, les années passent et le niveau des Blacks ne fléchit pas. A l’image de leur haka avant chaque match, les hommes en noir n’ont peur de rien. Chaque match est une bataille qu’ils doivent impérativement gagner. Ils peuvent tout écraser en Angleterre, n’en déplaisent au XV de la Rose, aux Wallabies ou aux Pumas. S’ils ne sombrent pas à cause de la pression, les néo-zélandais ont de quoi continuer à écrire l’histoire.

Les 31 joueurs de la Nouvelle-Zélande​

Avants (17) : Kieran Read (Crusaders), Richie McCaw (Crusaders, cap.), Sam Cane (Chiefs), Victor Vito (Hurricanes), Jerome Kaino (Auckland Blues), Liam Messam (Chiefs), Brodie Retallick (Chiefs), Sam Whitelock (Crusaders), Luke Romano (Crusaders), Ben Franks (Hurricanes), Owen Franks (Crusaders), Charlie Faumuina (Blues), Tony Woodcock (Blues), Wyatt Crockett (Crusaders), Dane Coles  (Hurricanes), Keven Mealamu (Blues), Codie Taylor (Crusaders)

Arrières (14) : Ben Smith (Otago Highlanders), Julian Savea (Wellington Hurricanes), Nehe Milner-Skudder (Hurricanes), Waisake Naholo (Highlanders), Ma'a Nonu (Toulon/FRA), Conrad Smith (Pau/FRA), Malakai Fekitoa (Highlanders), Sonny Bill Williams (Waikato Chiefs), Dan Carter (Racing 92/FRA), Beauden Barrett (Hurricanes), Colin Slade (Pau/FRA), Aaron Smith (Highlanders), TJ Perenara (Hurricanes), Tawera Kerr-Barlow (Chiefs)

Coupe du Monde de Rugby