Chris Ashton Angleterre Roumanie
L'ailier anglais Chris Ashton et son fameux plongeon | AFP - PAUL ELLIS

Le XV de la Rosse

Publié le , modifié le

Probable futur adversaire de l'équipe de France en quart de finale de la Coupe du monde, l'Angleterre a impressionné en rossant une très faiblarde équipe roumaine (67-3). Leaders du groupe B, les partenaires de Jonny Wilkinson ont inscrit la bagatelle de dix essais et se sont définitivement rassurés après deux premiers matchs en demi-teinte.

Otago est loin de Nice mais il y a bien eu une promenade des Anglais dans cette ville néo-zélandaise. Poussive face à l'Argentine lors de son entrée en lice (13-9), à peine plus convaincante contre la Géorgie (41-10), l'Angleterre a confirmé sa lente montée en puissance face à la Roumanie. Difficile toutefois de se faire une idée précise du véritable niveau des hommes de Martin Johnson tant l'opposition s'est avérée indigente. Dépassé dans tous les secteurs du jeu, moins puissant, moins rapide, le XV roumain a pris l'eau face aux assauts des joueurs de la Perfide Albion. Ces derniers, quasiment assurés de terminer à la première place de ce groupe B (il leur faudra toutefois battre l'Ecosse) se dirigent désormais droit vers les Français ou les Blacks qu'ils retrouveraient dans un quart de finale explosif.

Inspirés par un très bon Wilkinson, les Anglais ont réalisé 40 premières minutes sans temps faible, pilonnant la défense roumaine avec une belle application à défaut d'inspirations géniales. Témoin de cette volonté de faire vivre le ballon et d'écarter le jeu, ce sont les deux ailiers, Cueto (3) et Ashton (2), qui ont inscrit les cinq essais du XV de la Rose au cours d'une première période bouclée sur le score sans appel de 34-3. Le travail accompli, le légendaire numéro 10 anglais cédait sa place à la reprise sans que le jeu de ses partenaires ne s'en ressente trop puisque Youngs (43e) puis Foden (49e) se chargeaient d'alourdir la marque (46-3). 

La terreur Tuilagi

Repus, ou déstabilisés par les changements opérés par un Martin Johnson soucieux d'économiser ses cadres, les Anglais baissaient brusquement de rythme peu avant l'heure de jeu. Sans que cela ne change rien à la destinée d'un match plié depuis belle lurette et que les sujets de Sa Gracieuse Majesté continuaient de maîtriser sereinement. Autre motif de satisfaction pour le sélectionneur anglais : Tuilagi. Le phénomène annoncé confirme les attentes placées en lui à chaque fois qu'il touche le ballon. Percutant, inspiré, le trois-quart centre a de plus inscrit le huitième essai de son équipe. Croft, puis Ashton, encore lui, faisaient chauffer une dernière fois les circuits du tableau d'affichage qui s'arrêtait finalement à 67-3. Il était temps.

Déclarations :

Romeo Gontineac (entraîneur du XV de Roumanie): "C'est toujours dur de jouer contre l'Angleterre. Ca l'est encore plus quand on perd des ballons en touche. On a fait que défendre et on ne l'a pas fait aussi bien que les deux premiers matches. Je suis déçu, car le score est trop lourd. Si nous avions pu avoir plus de ballons, cela aurait pu être différent. L'équipe d'Angleterre a très bien joué, trop vite pour nous. Je suis déçu qu'on n'ait pas pu les arrêter, leur rendre la vie plus difficile. Des fois ils ont marqué trop facilement, seulement après deux-trois temps de jeu. On a encore beaucoup à apprendre par rapport au haut niveau. Le match contre la Géorgie (mercredi) est notre priorité, car il est à notre niveau. Nous les jouons chaque année. Des fois nous gagnons, des fois nous perdons."

Martin Johnson (entraîneur du XV d'Angleterre): "Je suis plutôt satisfait. Quand nous avons mis du rythme, ils ont eu du mal à suivre. Ces matches peuvent être difficiles. Vous avez des occasions de faire des choses que vous n'avez pas d'habitude, mais en deuxième période, nous avons joué de manière directe et nous avons été dangereux. Nous avons fait le boulot mais la semaine prochaine (contre l'Ecosse, pour le dernier match de poule), c'est d'une certaine manière le vrai début, ce sera une bataille. Nous avons trois victoires, c'est ce que nous voulions. Les choses sérieuses commencent maintenant et j'espère que tout le monde sera sur le pont, car une grosse semaine nous attend."

Julien Lamotte

Coupe du Monde de Rugby