Sfoaien Guitoune marque l'essai
Sofiane Guitoune résiste aux défenseurs roumains pour inscrire le premier essai | AFP - FRANCK FIFE

Le XV de France, victoire avec bonus mais sans certitude face aux Roumains

Publié le , modifié le

Deuxième match et deuxième victoire pour l'équipe de France dans cette Coupe du monde, cette fois aux dépens de la Roumanie (38-11). Les Bleus ont arraché le point de bonus (en inscrivant cinq essais) dans une rencontre où ils ont été souvent bousculés en conquête, avant de profiter des trous en fin de match. Les 13 changements de Philippe Saint-André entre les deux matches n'ont pas permis aux Français de gommer leur principal défaut: avoir de la continuité dans le jeu sans commettre d'approximations et de petites fautes. Et la conquête n'a pas toujours été propre.

Affronter la 17e nation mondiale, cela offre de belles opportunités. De faire tourner son effectif pour concerner tous les joueurs. De prendre une victoire avec le bonus offensif. D'emmagasiner confiance et automatismes dans un match largement à portée. Pour toutes ces raisons, l'équipe de France n'avait pas le droit à la moindre faiblesse face à la Roumanie. Pourtant, les scories ont été nombreuses durant près d'une demi heure de jeu. 

Une première mêlée avec introduction pour les Bleus emportée par les Roumains (3e), un lancer en touche perdu sur les 22m (15e), un ballon perdu par Brice Dulin après un repli et une tentative de relance ce qui a abouti, après une pénaltouche et une série de "picks and go" par une pénalité alors qu'un essai n'avait pu être validé par la vidéo et un superbe geste défensif de Le Roux (17e), une nouvelle touche perdue par Szarzewski (21e), le capitaine perdant ensuite le ballon après s'être extrait d'un maul (22e), une nouvelle perte de balle sur une relance de Nakaitaci... Voilà pour le manque de continuité dans le jeu, et pour près d'une demi-heure où la Roumanie a fait meilleure impression, pourrissant en plus les sorties de balle en mêlée. Tout cela a néanmoins changé à la 28e minute. La mêlée roumaine était pénalisée. Sur la "pénaltouche", Louis Picamoles portait le ballon derrière ses coéquipiers, et le pilier était sanctionné d'un carton jaune (28e).

Deux essais en trois minutes à 15 contre 14

A un joueur de plus, la France faisait la différence. Sur la mêlée, Parra envoyait le ballon à Guitoune, qui résistait à son défenseur et allongeait le bras pour inscrire le premier essai du match (30e, 10-3). Et juste après, Dulin perçait la ligne défensive, avant d'être repris à 30m de l'en-but roumain. Le jeu rebondissait, pour aboutir dans les mains de Flanquart, qui temporisait et rentrait intelligemment sa course pour décaler en bout de ligne Yannick Nyanga, auteur du deuxième essai (33e, 17-3). A la pause, sur une dernière pénalité, la Roumanie revenait à (17-6). 

La mêlée roumaine met à mal son homologue tricolore
La mêlée roumaine met à mal son homologue tricolore

C'est donc assez logiquement que Philippe Saint-André a fait monter les décibels dans le vestiaire. Cela n'empêchait pas les joueurs du sélectionneur gallois Lynn Howells de repartir à l'abordage, continuant à perturber les mêlées, récupérant même une pénalité (48e). Son équipe, taillée pour courir et déplacer le ballon, manquait d'impact et de puissance sur les zones de rencontre. Une nouvelle pénalité sanctionnait le pack tricolore (52e). Mais le temps épuisait la défense roumaine. Les espaces se creusaient, les fautes s'accumulaient, les différences se créaient. Mais les approximations revenaient, comme sur ce maul consécutif à une touche, où la France était pénalisée pour un joueur mal placé (57e). Il a fallu attendre la 66e minute pour que, sur un mouvement au large, Sofiane Guitoune ne joue encore les auto-tamponneuses sur ses défenseurs pour garder le contrôle du ballon et le mettre, une deuxième fois, sur la ligne d'en-but. L'ailier de Bordeaux-Bègles a clairement marqué des points dans ce match, comme Morgan Parra et sa précision au pied, Bernard Le Roux replacé en 2e ligne avec Alexandre Flanquart, ou encore Benjamin Kayser, très actif à son entrée en jeu. 

Dans une fin de match à sens unique, avec des Roumains "au capot ouvert" depuis longtemps, sur une remise à l'intérieure très intelligente de Dulin, Wesley Fofana allait dans l'en-but, et se battait pour aplatir le quatrième essai, synonyme de bonus offensif (69e, 31-6). L'essentiel était donc acquis. Et dans un baroud d'honneur, la Roumanie inscrivait un essai collectif suite à une touche à 5m (74e, 31-11). Guitoune, après un coup de pied par-dessus pour lui-même, était à deux doigts de réaliser le triplé, mais il échappait le ballon sur la ligne (76e). Sur une touche parfaitement captée par Le Roux, Kockott lançait Fickou dont le crochet lui ouvrait le chemin de l'en-but pour son deuxième essai international après celui inscrit dans le Tournoi des 6 Nations 2014 contre les Anglais (79e, 38-11).

La France finit donc avec le bonus offensif, cinq essais au compteur. La mission est remplie. Désormais, cap sur le Canada le 1er octobre, avant le sommet du groupe, le 11 octobre contre l'Irlande. Les Bleus ont donc du temps pour parfaire encore leur jeu, et gommer les fautes qui demeurent.

Vidéo: les meilleurs moments du match

Réactio​ns

Lynn Howells (sélectionneur de la  Roumanie): "Il s'agissait de conserver le ballon au maximum, d'empêcher la  France de mettre de la vitesse dans son jeu et qu'elle aille chercher les  extérieurs. Nous voudrons faire la même chose face à l'Irlande, à savoir  présenter une équipe compétitive. Pendant 60 minutes, on a réussi à faire jeu  égal avec la France. Donc, je dirai qu'il faudra faire la même chose contre  l'Irlande en encaissant moins de points. Je ne crois pas non plus que contre  l'Irlande nous aurons autant d'opportunités dans les phases statiques."

Philippe Saint-André (sélectionneur du XV  de France), sur TF1: "Le bilan est positif, on avait fait treize changements et on n'a pas eu de  blessés. On a aussi fait jouer tout le monde, ce qui est bien pour la vie du  groupe. Il y a eu des satisfactions ce soir, dès qu'on a mis de la vitesse ou  qu'on a tenu le ballon, on les a mis en difficulté. Après, les Roumains ont été  solides en duel, solides en conquête, une vraie équipe latine !"

Coupe du Monde de Rugby