Brice Dulin (France) tente de prendre le Tonga de vitesse
Brice Dulin (France) tente de prendre le Tonga de vitesse | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le XV de France se relance face au Tonga

Publié le , modifié le

Le XV de France a enfin remis la marche avant sur le chemin du succès et de la confiance en l’emportant face au Tonga (38-18) samedi au Havre dans le cadre des Tournées d’automne, au terme d’une rencontre accrochée et décousue. Le résultat est là mais encore une fois, les Bleus ont dû vraiment batailler en laissant beaucoup d’énergie pour faire valoir leur domination.

Englués dans une série de revers, l’occasion était belle pour les Bleus de confirmer des progrès entrevus après leur bonne sortie la semaine précédente face aux Blacks, même si celle-ci s’était mal terminée. Pour l’occasion il n’y avait qu’un objectif : gagner. Cela passait par retrouver l’instinct du tueur, qui leur a fait tant défaut dans les derniers matches, en étant capables de bien finir leurs actions dans les derniers gestes.

Un début sérieux

Les Bleus entamaient idéalement la rencontre, en venant tout de suite casser la défense des Tongiens, dominateurs en mêlées en en touches, bonifiant les ballons récupérés dans les changements de main, et avançant avec beaucoup de mouvement dans leur jeu. Morgan Parra ouvrait la marque sur une pénalité récompensant les efforts du pack (3-0, 3e) puis quelques minutes plus tard, sur une nouvelle conquête tricolore dans le camp du Tonga, Rémi Tales adressait une passe au pied millimétrée pour l’ailier Guitoune qui inscrivait son premier essai en Bleu (8-0, 8e).

Vidéo: Sofiane Guitoune ouvre son compteur 

Le Tonga sortait alors la tête de l’eau, en lançant quelques séquences intéressantes. Mais il ne profitait pas d’une première pénalité, le ballon trouvant le poteau et revenant dans les mains françaises. Les Bleus usaient des relances à bon escient, beaucoup mieux structurés, avec un  collectivement organisé, en dépit de la sortie prématurée de Ouedraogo. Rugueux et accrocheurs les Tongiens laissaient des plumes au combat, mais les Bleus perdaient aussi pas mal de jus. Mis sur le reculoir sur les phases statiques, les Tongiens étaient pénalisés (11-0, 18e). Mais ils se montraient malgré tout offensifs quand ils récupéraient des munitions et les Français ne devaient qu’à des passes mal assurés, et notamment un 3 contre 1 "vendangé" par Kalamafoni, de ne pas concéder un essai.

Les Français s’appliquaient aussi à mettre du rythme, en soignant le jeu d’occupation au pied, face à des Tongiens techniquement solides, proposant aussi du jeu, mais dont les phases d’attaque manquaient cruellement d’organisation et de gestion tactique.

Des Tongiens à réaction

Une nouvelle pénalité de Parra (14-0, 28), à laquelle répondaient deux pénalités d’Apikotoa (14-6, 38e), concluaient une séquence au cours de laquelle les hommes des Pacifique mettaient à leur tour la main sur le match, mais encore une fois ils péchaient dans la finition. Et alors que leur impact et leur agressivité commençaient à déstabiliser la défense tricolore qui perdait les duels et laissait quelques trous, ils échouaient sur un manque de soutien en fin de première période. Et sur une nouvelle relance française, avec une mêlée au bout, Damien Chouly s’échappait derrière son pack et allait inscrire le deuxième essai dans les arrêts de jeu (21-6) et dans une certaine électricité.

La deuxième période démarrait avec la même tension et une bagarre à l’ancienne, de laquelle il ressortait deux cartons rouges brandis par M.Jackson à l’intention de Taumalolo et Maestri. Le match était pour le moins confus et "débridé", mais les deux équipes ne fermaient pas le jeu, continuant de faire vivre le ballon. Mais l’engagement restait très âpre avec quelques accrochages qui donnaient un peu plus de piment à la partie.

Vidéo: Taumalolo et Maestri explulsés

Les joueurs de Saint-André reprenaient l’ascendant et creusaient l’écart sur un essai de Dulin, bien servi dans l’intervalle par Guitoune parfaitement rentré à l’intérieur (28-6, 52e). Les Tongiens plaquaient très haut, très durs, pour couper les offensives françaises et récupérer des ballons au sol alors que les débats devenaient plus équilibrés. Ils trouvaient une première récompense à leur orgie offensive en allant enfin à dame, grâce à Vanikolo en bout de ligne (28-11, 57e). Parra ajoutait trois points sur une nouvelle faute au sol. 

L’opposition de style devenait un peu plus désordonnée avec de la rupture en défense de part et d'autre. D’abord de la mêlée tongienne enfoncée sous ses poteaux avec un essai de Kayser à la  conclusion d'un groupé-pénétrant d'une dizaine de mètres. Frédéric Michalak,  entré en jeu peu avant, transformait. (38-11, 74e.). Mais il était dit que les hommes de Mana Otai ne voulaient pas en rester là. Le dernier mot revenait à Vainikolo qui se voyait accorder un doublé à la  vidéo, pour un essai en coin, alors que la sirène retentissait.

La France tenait son objectif, la victoire. Mais deux ans après l'humiliation face aux Aigles des Mers au Mondial-2011, la revanche française fut loin d'être totale et tout à fait convaincante. S'ils ont su enchaîner des séquences intéressantes, et ont su profiter de l'indiscipline des joueurs du Tonga, les Bleus ont aussi souvent balbutier leur rugby. L'essentiel reste qu'ils ont ont tout de même montrer des intentions offensives, et c'est déjà du mieux.  

Vidéo: Les essais français du match 

Christian Grégoire

Coupe du Monde de Rugby