Chiefs contre Stormers
Les Chiefs de Cruden contre les Stormers d'Aplon | AFP - MICHAEL BRADLEY

Le Super-15 deviendra Super-18 en 2016

Publié le , modifié le

A l'instar du Tri-Nations qui s'est ouvert à la sélection argentine depuis 2012 pour devenir le Four Nations, le Super-15 va également intégrer les équipes argentines, lors de son édition 2016. Elle deviendra ainsi Super-18, en ajoutant donc une formation sud-américaine, mais également une de plus pour l'Afrique du Sud, et éventuellement une équipe d'Asie ou des Etats-Unis, a indiqué le directeur général de la Fédération néo-zélandaise.

Jusque-là, la répartition était simple: 5 équipes néo-zélandaises, 5 équipes australiennes, 5 équipes sud-africaines. C'est ainsi que vivait le Super-15 depuis 2011, prenant la suite du Super-14 (2006 à 2010), avant cela du Super-12 (1996-2005) voire du Super-10 (1993-1996). Mais en 2016, "l'inflation" fera passer le nombre d'équipes à 18. A l'origine de cette épreuve, la Nouvelle-Zélande a annoncé cette ouverture par l'intermédiaire de son directeur général de la fédération (NZRU), Steve Tew, après accord du SANZAR (South African, New Zealand and  Australian Rugby), l'instance gouvernante.

L'Afrique du Sud, qui demandait une place supplémentaire dans le Super-15, a été entendue. Elle viendra s'ajouter à un représentant de l'Argentine, nouvel entrant qui pourrait ne pas être seul à faire ses débuts. Face à "l'intérêt (qui) s'est manifesté sur la côte ouest des Etats-Unis, à  Singapour, Hong-Kong, au Japon", avec des candidats "crédibles", cette partie du monde pourrait avoir un représentant.

Dans la nouvelle configuration, le Super 18 sera disputé en deux  Conférences régionales, Afrique du sud et Australasie. La première rassemblera  8 équipes, les 6 sud-africaines, l'argentine et celle qui n'est pas encore  désignée. L'Australasie regroupera 10 équipes, 5 australiennes et 5  néo-zélandaises. La majorité de la saison régulière se disputera au sein des Conférences  régionales, ce qui réduira les longs déplacements imposés par le format actuel  de la compétition, a conclu Steve Tew.

Coupe du Monde de Rugby