Ma'a Nonu All Blacks
Ma'a Nonu plonge dans l'en-but | AFP - WILLIAM WEST

Le Japon blackboulé

Publié le , modifié le

La Nouvelle-Zélande a laminé le Japon pour son 2e match dans la Poule A (83-7) au terme d'un match maîtrisé de bout en bout. Impressionnants de puissance et d'adresse, les Blacks ont inscrits la bagatelle de 13 essais et soigné leur goal-average. Les Français, qui avaient parfois peiné face aux Japonnais (47-21), ont pu mesurer l'écart qui les sépare des grands favoris de cette poule.

 Black is beautiful. Parfois timorés lors de leur entrée en lice face au Tonga, les All Blacks ont lâché les chevaux face au Japon. Cette fois, la Nouvelle-Zélande est entré de plain pied dans "sa" Coupe du monde. Même privée de ses cadres légendaires, à savoir Carter, McCaw et Muliaina, tous les trois légèrement blessés, la formation de Graham Henry a régalé son public du Waikato Stadium. Il faut bien avouer que les Blacks ont été aidé, dans leur entreprise de démolition en règle, par des "Cherry Blossoms" joueurs, beaucoup trop joueurs. Les hommes de John Kirwan, l'ancien ailier de l'équipe championne du monde en 1987, qui avaient de montré de belles choses face aux Français, n'ont cette fois pas existé, écrasés par la puissance noire.

Quatre minutes. C'est le temps qu'il aura fallu aux All Blacks pour ouvrir le score par Cowan, préféré à Williams au centre. Début de la marée noire. Et aucun moyen de l'enrayer. Kahui, l'ailier funambule, double la mise à la 16e minute, il inscrira un deuxième essai par la suite (44e) qui le portera en tête des meilleurs marqueurs de cette Coupe du monde. Puis ce sont les avants qui sonnent la charge avec Keino (22e) et Mealamu (30e) et enfoncent la défense nippone, complètement dépassée. Seul finalement Slade, le remplaçant de Carter à l'ouverture et à la botte, ne semble pas dans le tempo côté néo-zélandais, en ratant quelques transformations faciles. Le numéro 10 black se rachète en fin de première période en inscrivant un essai (36e), tout comme son partenaire de la charnière centrale, Ellis (35e). Le score à la pause est éloquent : 38-0 pour les hommes à la fougère...

Sonny Bill Williams ouvre son compteur

Là où les Français s'étaient dispersés face au Japonais, les Blacks en rajoutent une couche à la reprise. Sonny Bill Williams, qui a fait son entrée, se signale par une percée magnifique avant de décaler Nonu (61e) après avoir inscrit son premier en noir en neuf sélections (50e). Toeava et Hore imitent "SBW" et donnent au score des allures de correction. Heureusement pour le Japon, celui-ci est quelque peu adouci par un essai d'Onozawa, auteur d'une belle interception (58e) et par une fin de match où les Néo-Zélandais desserrent un peu leur étreinte, repus peut-être par un tel festin. Ils rajoutent quand même, pour le plaisir, deux petits essais pour la route, par Thomson (76e) et Williams (79e). Histoire d'être sûrs que leur message est bien passé.

Déclarations :

John Kirwan, entraîneur du Japon: "Je suis déçu par le score. En première mi-temps, on manque 13 plaquages. Quand on en un manque un contre les All Blacks, on peut perdre un match, alors quand on en rate 13.... On a été positif ballon en main, trop de ballons perdus. Je pense que c'était une bonne expérience pour nos jeunes joueurs. Il est important de rester sur notre objectif: être l'équipe qui a le plus progressé. Nos deux prochains matches sont très importants. C'est un gros défi. Il faudra être jugé après. On va se lever demain, mettre ce match derrière nous et regarder devant."
Takashi Kikutani, capitaine du Japon:
"Ils ont très bien joué à partir de nos erreurs. On n'a pas le droit de faire autant erreurs. Mais on a compris que si on garde notre tempo et qu'on garde le ballon, on peut avoir des occasions. Tous les joueurs ont donné 100%".
Graham Henry, entraîneur de la Nouvelle-Zélande:
"On a mieux commencé, plus lentement. On s'est amélioré, on a progressé dans la structure de notre jeu, on a vu de bon placements, on n'a pas essayé de se faire trop de passes... Les Japonais ne nous ont pas mis la même pression physique, et je pense qu'on a mieux construit notre match. On avait travaillé les rucks. On a bien joué à partir de notre conquête et nos lancements de jeu nous ont permis de marquer des points."
Ma'a Nonu, centre de la Nouvelle-Zélande:
"C'était un bon match. On a travaillé dur cette semaine. J'espère qu'on est sur la bonne voie (avant la France). On a travaillé sur notre conquête, essayé de gommer quelques erreurs de la semaine dernière. On peut encore s'améliorer, on a fait beaucoup de passes hasardeuses."
Jerome Kaino, troisième ligne de la Nouvelle-Zélande: "C'était un match effréné, j'avais les poumons en feu dans les dix dernières minutes. On ne va pas trop se féliciter, il fait disséquer ce match et en tirer les leçons."
Colin Slade, ouvreur de la Nouvelle-Zélande: "Je pense qu'on a fait plutôt un bon match. On voulait jouer un jeu plus rapide avec des avants qui nous libèrent des balles rapides et propres. Ils ont réussi, ce qui a rendu plus facile ma tâche et celle d'Andy Ellis (le demi de mêlée). J'ai peut-être fait des erreurs que Dan (Carter) n'aurait pas faites, mais je suis jeune, j'apprends."

Julien Lamotte

Coupe du Monde de Rugby