Goromaru Japon
La joie des joueurs japonais | BEN QUEENBOROUGH / BACKPAGE IMAGES Ltd / DPPI media

Le Japon bat les Samoa et veut y croire

Publié le , modifié le

Dans sa quête incroyable d'une deuxième place qualificative pour les quarts de finale de la Coupe du monde, le Japon a fait ce qu'il fallait en battant les Samoa (26-5) dimanche lors de son 3e match. Avec ce succès, les Japonais restent en position d'outisders.

Malgré tout, s'ils ont assuré le résultat en prenant les points qu'ils avaient à prendre, ils n'ont inscrit que deux essais et n'ont pas assez tenté de bousculer le scénario pour aller chercher le point de bonus offensif, qui pourrait peut-être leur faire défaut au moment du décompte final. 

Des Samoans trop indisciplinés

De façon un peu surprenante, ils n'ont pas vraiment cherché à l'obtenir après le repos, tentant les pénalités plutôt que les pénaltouches, alors qu'il semblait largement à leur portée après une première période dominée de la tête et des épaules. Ils menaient ainsi 20 à 0 à la pause (deux essais) après avoir imprimé un gros rythme d'entrée de match -- 83% de possession et 89% d'occupation à la 25e minute -- qui a poussé à la faute des Samoans dépassés et beaucoup trop indisciplinés. Les îliens ont ainsi écopé de deux cartons jaunes coup sur coup pour des plaquages dangereux de Faifili Levave (16) et Sakaria Taulafo (19). Ils ont même passé au total trente minutes en infériorité numérique puisque le deuxième ligne Paulo a fini le match loin du terrain. Ils ont donc logiquement fini par craquer à treize sur un essai de pénalité (24), puis à égalité numérique en toute fin de la première période, lorsque l'ailier japonais Akihito Yamada a concrétisé en coin, après avoir habilement évité le plaquage d'Alesana Tuilagi, une longue séquence des siens.

Solidité japonaise

La deuxième période, plus équilibrée, a permis aux Samoans d'éviter de repartir  bredouilles, puisqu'ils ont sauvé l'honneur grâce à un essai de Paul Perez, Mais la partition samoane était bien trop cacophonique pour permettre aux joueurs du Pacifique d'espérer quoi que ce soit, tant ils ont manqué de lucidité et d'application. 

Les Japonais au contraire (avec notamment 16 points du buteur Goromaru) sont allés tranquillement et avec beaucoup d'exigence technique chercher une victoire qui leur tendait les bras. Sans doute que lors de leur rencontre contre l'Ecosse, les joueurs du Soleil Levant avaient mal récupéré de leur sortie éblouissant face aux Sud-Africains. Ils en tout cas montré que, avec un peu plus de jus, ils parvenaient à mettre en place leur jeu et que finalement ils pouvaient se mêler à la lutte. Maintenant ils ne sont pas seuls maîtres de leur avenir dans cette Coupe du monde dans une poule où ils sont trois candidats (avec l'Afrique du Sud et l'Ecosse) pour les deux places qualificatives.   

Christian Grégoire

Coupe du Monde de Rugby