Felipe Contepomi
La rage de Felipe Contepomi face aux Georgiens | AFP - Peter Parks

L'Argentine va défier la Nouvelle-Zélande

Publié le , modifié le

La Nouvelle-Zélande, déjà qualifiée pour les quarts de finale, a remporté sa quatrième victoire bonifiée en quatre matches, disposant facilement du Canada (79-15), lors de la dernière rencontre de la poule A, au Regional Stadium de Wellington. Les All Blacks affronteront samedi prochain en quarts de finale de la compétition, l'Argentine qui est venue à bout de la Georgie (25-7), à Palmerston North.

Slade pas à la hauteur de Carter

Malgré des fautes de main inhabituelles, l'équipe à la fougère argentée a marqué 12 essais à des Canadiens auteurs de deux essais par leur ailier Conor Trainor (40+1, 42) pour leur dernier match dans cette Coupe du monde 2011. Particulièrement observé, Colin Slade qui a la lourde charge de remplacer à l'ouverture le maître à jouer Daniel Carter, blessé et forfait pour le reste de la compétition, s'est montré fébrile, notamment dans le jeu à la main et dans ses tentatives de tirs au but (cinq sur huit). Habituellement demi de mêlée, Piri Weepu a même pris sa place à l'ouverture lors de son entrée (51e), Slade glissant à l'aile avant d'être remplacé (65e) sous les timides applaudissements du Regional Stadium.

"Je  répète ce que j'ai dit: c'est vraiment triste pour Daniel Carter qui  attendait cette Coupe depuis plusieurs années. Mais il faut regarder devant, Colin a bien joué pendant la majeure partie du temps aujourd'hui, il a juste besoin de plus de rugby. Plus il aura du temps de jeu, meilleur il sera. C'est  bon aussi de savoir qu'Andrew Cruden nous rejoint lundi, il faut qu'on  travaille à partir de là" a expliqué l'entraîneur Néo-Zélandais Graham Henry.

Des Pumas encore "désordonnés"

L'Argentine, victorieuse de la Georgie (25-7) attend donc de pied ferme les "Blacks". "Maintenant, a lancé le capitaine Felipe Contepomi, nous devons nous reposer, puis nous pencher sur le jeu des All Blacks. Voir quels sont leurs points faibles, s'ils en ont! J'espère que nous serons compétitifs". Les Pumas savent qu'ils peuvent s'appuyer sur leurs armes traditionnelles, et notamment la mêlée fermée qui, malgré l'absence du pilier Rodrigo Roncero, a largement dominé le pack Georgien.

"C'était désordonné, notamment en première période. Nous avons été imprécis et cela nous a empêchés de suivre le plan de jeu", a relevé l'entraîneur Santiago Phelan, malgré les trois essais inscrits. Au milieu des passes ratées et des mauvais choix, les Pumas ont également constaté qu'en l'absence de Juan Martin Hernandez, blessé, ils n'ont pas de buteur fiable, puisque Felipe Contepomi, auteur d'un timide trois sur six dimanche, est en manque de réussite depuis le début du Mondial. Sans buteur, les Pumas auront du mal à faire aussi bien qu'en 2007, où ils avaient pris la troisième place de la Coupe du monde en France.

AFP

Coupe du Monde de Rugby