Shontayne Hape - Angleterre
Shontayne Hape (Angleterre) a participé à la victoire des siens contre la Géorgie | AFP -MARTIN BUREAU

L'Angleterre gagne sans convaincre

Publié le , modifié le

Le XV de la Rose s'est imposé 43-10 contre la Géorgie pour son deuxième match de Coupe du monde (groupe B). Même s'ils ont pris le point de bonus offensif, les Anglais n'ont guère convaincu. Souvent à la faute en mêlée, ils ont profité de la défaillance du buteur adverse pour prendre le large au score sans rassurer leurs fans. Ils joueront la première place du groupe contre l'Ecosse mais doivent rencontrer avant la Roumanie.

Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! Le dicton est toujours de mise, en rugby particulièrement. Après leur début de match très pénible face aux Argentins (succès 13-9 au final), les All Whites se devaient d'assurer l'entame contre une équipe de Géorgie puissante mais courte des pattes arrières. L'Angleterre inscrivait ainsi un essai d'entrée grâce au centre d'origine néo-zélandaise Shontayne Hape qui partait au ras d'un regroupement pour filer entre les perches. Flood transformait (7-0, 4e). Mais les Géorgiens repartaient à l'assaut de la perfide Albion et ils manquaient de peu l'essai, l'ailier Machkhaneli ayant mis le pied en touche juste avant d'aplatir en coin. Dans la foulée, l'ouvreur Kvirikashvili ratait deux pénalités pourtant bien placées qui auraient pu relancer les Caucasiens, dominateurs devant. Les Anglais commettaient d'ailleurs beaucoup de fautes et restaient englués dans leur camp, contraints de défendre. Mais le manque de réalisme rouge était trop criant pour semer le doute dans les esprits britanniques. 

Le buteur géorgien en panne sèche

A la 21e minute, Hape doublait la mise après une belle accélération de Toby Flood bien poursuivie par Chris Ashton. Avec la transformation de Flood, le score passait à 14-0 malgré 86% de domination territoriale adverse ! Dans la foulée, l'ouvreur géorgien manquait de nouveau la cible face aux poteaux. Merab Kvirikashvili convertissait enfin une pénalité à la 27e, saluée par tout le stade (14-3). En fin de première mi-temps, les hommes de Martin Johnson commençaient à prendre le dessus dans le jeu. Flood inscrivait trois points de plus (17-3). Juste avant le repos, Dylan Hartley écopait d'un carton jaune pour des fautes anglaises à répétition. La Géorgie choisissait la mêlée au pied des perches plutôt que la pénalité. Bien joué car le numéro 8 Basilaia aplatissait en force sur le ligne d'en-but. Avec la transformation, le score passait à 17-10 à la pause.

Dès le début de la seconde période, l'Angleterre tentait de porter l'estocade mais Delon Armitage mettait le pied en touche au moment d'aller en terre promise. L'arbitre vidéo refusait logiquement de valider l'action. Ce n'était que partie remise. Les Anglais inscrivaient un troisième essai par l'intermédiaire du même Armitage après un superbe travail des avants blancs et de Ben Foden, virevoltant. Flood ratait la transformation (22-10, 48e). La Géorgie réagissait mais Kvirikashvili ratait de nouveau la mire en face des poteaux. Idem quelques minutes plus tard où il trouvait le poteau (56e). L'Angleterre assurait toutefois le point du bonus à l'heure de jeu lorsque Tuilagi perçait pour marquer sous les poteaux. Flood transformait (29-10, 62e). Bis repetita avec un essai de Chris Ashton, son premier du Mondial, plein champ (36-10 après la transformation). Le plus dur était fait pour les Anglais qui géraient tranquillement la fin de rencontre, Ashton marquant en coin un ultime essai dans les arrêts de jeu (43-10). Il faudra toutefois montrer autre chose pour devenir champion du monde.

Réactions

Martin Johnson (entraîneur du XV d'Angleterre): "Si nous sommes satisfaits de cette performance, nous allons rentrer rapidement à la maison. Je pense qu'une nouvelle fois nous avons concédé trop vite des pénalités. Ce n'est pas bon et nous avons rendu trop de ballons. Les pénalités sont liées à un excès d'impatience et nous nous sommes trop compliqué la vie. Comme je dis, le rugby est un jeu simple. Nous devons seulement être plus intelligents, plus patients. Il faut conserver la balle et ne pas forcer les balles. Je ne suis pas pessimiste, juste réaliste et un peu contrarié car il y avait largement de quoi faire mieux. Nous avons été négligents."

Richie Dixon (SCO/entraîneur du XV de Géorgie): "Nous sommes satisfaits. Nous avons démontré que nous étions capables d'attaquer aussi bien que de défendre, alors que contre l'Ecosse, nous n'avions quasiment fait que défendre. Maintenant, il faut que l'on convertisse nos occasions en points. Nous avons haussé notre niveau de jeu et livré un match très agressif et engagé. Nous avons gagné beaucoup de respect de la part de nos adversaires et des gens qui nous ont regardé tout au long du monde."

Coupe du Monde de Rugby