Afrique du Sud-Argentine
Les Sud-Africains ont maîtrisé le ballon face à l'Argentine | Maxppp-EPA-Will Oliver

L'Afrique du Sud sur le podium

Publié le , modifié le

Le match pour la 3e place de la Coupe du monde vendredi sur la pelouse du Stade Olympique de Londres, que l'on attendait spectaculaire et accroché, a tourné logiquement à l'avantage de l'Afrique du Sud (24-13) face à des Argentins encore une fois courageux, mais visiblement fatigués. Ils ont en tout cas manqué de jus et de lucidité dans un jeu désordonné, face à des Springboks mieux organisés, et beaucoup plus solides.

Les Sud-Africains ont rapidement pris la mesure d'une équipe argentine décimée, et qui ne pouvait pas compter sur un réservoir suffisamment fourni pour proposer une opposition suffisamment armée. Rapidement, les Boks ont mis la main sur le ballon et ont tissé leur toile défensive. Les Pumas bien décidés à enflammer la partie se sont lancés dans des offensives tous azimut, en tentant de multiplier les séquences, mais ils ont manqué de fraîcheur, et leurs actions ne sont jamais allées au bout. La faute à une grosse pression défensive sud-africaine mais aussi à leur incapacité à assurer des lancements de jeu suffisamment tranchants pour prendre à défaut leurs adversaires.

Pression défensive des Boks

Avec un courage énorme et une abnégation de tous les instants, les Argentins -réduits à 14 après un carton jaune contre Cubelli dès la 5e minute- ont tenté d'animer la partie, mais ils étaient beaucoup trop brouillons, et trop approximatifs et ont commis beaucoup trop de fautes alors qu'ils pouvaient avoir des ballons intéressants, pour parvenir à instiller le doute dans un collectif sud-africain qui n'a pas tremblé dans ses fondamentaux, et qui a pris les points qu'il le fallait avec son buteur Handre Pollard, qui en a profité pour devenir le meilleur réalisateur de la compétition. Avec en outre deux essais, un en début de chaque période, sur des ballons de récupération bien négociés jusqu'en bout de ligne, signés Pietersen (6e) et Etzebeth (43e0), ils ont assuré une victoire qui ne pouvait pas leur échapper au vu de la physionomie de la partie. Même si les Argentins ont finalement sauvé l'honneur sur un essai en force dans les ultimes secondes, attribué à Orlandi.   

Une victoire pour l'honneur

Dans une partie où les organismes déjà très sollicités ont paru beaucoup plus usés côté argentin, et où il a fallu secouer des ressources mentales souvent mises à rude épreuve, la rigueur sud-africaine a pris le meilleur sur le bonne volonté des Argentins. Le feu d'artifice attendu s'est révélé être un pétard mouillé. Quand bien même les joueurs eurent-ils voulu donner un peu plus de relief à la rencontre, ils étaient dans l'incapacité de le faire, visiblement au bout du rouleau. Et comme les deux équipes avaient l'intention de se relever de leur dernier revers, en même temps qu'elle relevait le défi du podium après la déception de la défaite en demi-finale, elles se sont finalement contentées de se disputer la victoire. Et pour réussir dans cette quête, l'Afrique du Sud disposait de bien plus d'atouts..  

Christian Grégoire

Coupe du Monde de Rugby