Winiata
Selica Winiata était en jambes cet après-midi, à l'image de toute l'équipe néo-zélandaise, grande favorite du tournoi. | AFP PHOTO / Michael Bradley

La Nouvelle-Zélande et l'Angleterre cartonnent, l'Australie assure

Publié le , modifié le

Aujourd'hui se déroulait à Marcoussis (Essonne) la première journée de la septième édition de la Coupe du Monde de rugby féminin. En attendant France-Pays de Galles (20h45, en direct sur France 4), les grands favoris de la compétition ont tous répondu présent. La Nouvelle-Zélande avait ouvert le bal en explosant le Kazakhstan (79-5), avant que l'Australie ne dispose de l'Afrique du Sud (26-3). Enfin, l'Angleterre s'est aisément défait des Samoa (65-3). Retour sur ces premières affiches, qui ont fait la part belle au beau jeu et au spectacle.

Des Black Ferns d'enfer

Pour leur entrée en lice dans la compétition, les Néo-Zélandaises ne se sont pas ratées et ont logiquement disposé d'une faible équipe du Kazakhstan (79-5). Sérieuses dès le début du match, elles sont parvenues à prendre le match par le bon bout en inscrivant d'emblée deux essais dans le premier quart-d'heure. Dans une première mi-temps à sens unique, le Kazakhstan a eu bien du mal à développer son jeu et il aura fallu attendre la 37ème minute pour voir Yakovleva, la capitaine kazakhe, percer le rideau défensif adverse, sans toutefois parvenir à conclure. Deux minutes plus tard, sur un contre rondement mené, Kelly Brazier, la demi-d'ouverture des Black Ferns, s'en allait inscrire le sixième essai néo-zélandais. Réduites à quatorze, les Kazakhes connurent un début de seconde mi-temps abominable: dépassées dans le jeu, châtiées en mêlée fermée, ces dernières subissaient de plein fouet les vagues noires, amenées par la rapide Selica Winiata (deux essais aujourd'hui). Malgré un en-avant regrettable dans l'en-but de la part de Justine Lavea, le score grimpait à 50-0 à la 48ème. Profitant de l'indiscipline de leurs adversaires du jour, les Black Ferns ont pu largement faire tourner leur effectif.

Après un nouvel essai inscrit tout en puissance par le pack néo-zélandais, les Kazakhes réagissaient par l'intermédiaire de leur remplaçante Oxana Shardina. A la conclusion d'un beau mouvement collectif, l'arrière allait aplatir derrière la ligne, se rattrapant ainsi de son carton jaune reçu en première mi-temps, dans l'hystérie la plus totale. La fin de match s'est avérée bien moins rythmée, les Néo-Zélandaises multipliant les approximations techniques et les en-avants. Solides dans les phases de conquête, rapides sur les ailes, les voilà parfaitement lancées dans cette compétition. Les Kazakhes ont pour leur part montré de vraies ressources morales pour inscrire leurs premiers points en Coupe du Monde, grâce à une solidarité et un enthousiasme sans failles. Dans l'autre match du groupe, l'Irlande a créé la sensation en battant sur le fil les Etats-Unis, vainqueurs de la première édition en 1991 (23-17).

Une Australie sérieuse

Dans le groupe de l'Equipe de France, on attendait beaucoup de la confrontation entre les Australiennes et les Sud-Africaines. Mais d'entrée de jeu, les Wallaroos se montrèrent les plus entreprenantes et Cobie-Jane Morgan, après un petit coup de pied par dessus le rideau sud-africain, trouvait magnifiquement sa deuxième-centre, Sharni Williams, pour le premier essai australien. Face à une équipe d'Afrique du Sud décevante dans l'animation du jeu, les Australiennes allaient rapidement tuer la rencontre, notamment grâce aux bottes de Tui Ormsby et surtout d'Ashleigh Hewson, auteur du deuxième essai des siennes, après une magnifique chevauchée solitaire au sein d'une défense adverse pour le moins apathique. Les coéquipières de la capitaine Mandisa Williams ne se montraient dangereuses que sur de rares phases de contre, même si la fin de la première mi-temps fut bien plus équilibrée.

Avec dix-huit points d'avance au retour des vestiaires, l'Australie s'est contentée de gérer son avantage à la marque, notamment après le carton jaune reçu par la sud-africaine Shona-Leah Weston. Débutait alors une intense bataille au centre du terrain, entre des Wallaroos tenaces et une Afrique du Sud orgueilleuse, bien décidée à tenter sa chance jusqu'au bout. Néanmoins, cette dernière allait une nouvelle fois plier dans les dix dernières minutes, la remplaçante Tricia Brown inscrivant le troisième essai des siennes, suite à un somptueux mouvement collectif conclu en bout de ligne. Les Australiennes ont ainsi pleinement profité de cette belle occasion pour marquer les esprits. Elles ne seront pas des adversaires aisées pour nos Bleues samedi prochain. Aux coéquipières de Gaëlle Mignot de répondre à cette bonne performante ce soir face aux Galloises.

Des Anglaises bien rôdées

Dans l'avant-dernière rencontre de la journée, l'Angleterre n'a fait qu'une bouchée des Samoa. Après un début de match équilibré, l'arrière Soteria Pulumu se distinguait par un magnifique plaquage cathédrale, qui lui valu un carton rouge bien mérité. Dès lors, Katherine Merchant a pu commencer son festival offensif. Deux essais plus tard et les Anglaises avaient déjà pris le match en main. Dans les dix dernières minutes du premier acte, les pauvres Samoanes allaient craquer à trois reprises, englouties par les vagues d'une équipe d'Angleterre qui a su rester mobile tout au long de la partie. Entre chevauchées fantastiques de l'ailière Lydia Thompson et construction collective du paquet d'avant, les Anglaises récitaient leur rugby. Tout ceci pour le plus grand bonheur de leurs fans, venus en nombre du côté du terrain d'honneur du complexe de Marcoussis. Et comme la centre Emily Scarratt se montrait d'une précision diabolique au pied, le score s'est rapidement mis à gonfler en faveur du XV de la Rose. 

Dès la reprise, les Samoa et leur troisième ligne Helen Collins se voyaient à nouveau sanctionner d'un carton jaune avant qu'une pluie d'essais ne s'abattent sur les partenaires de la capitaine Cynthia Taala. Les Anglaises, sûres de leurs forces, s'en allaient inscrire cinq essais en moins de dix minutes. Complètement dépassée à l'heure de jeu (48-0), la défense des Samoa prenait logiquement l'eau de toute part et les Anglaises pouvaient dérouler tranquillement, dans le sillage de la demi-de mêlée Natasha Hunt et de l'arrière remplaçante Kay Wilson, toutes deux auteurs d'un doublé. Un relâchement coupable des Anglaises permettait à la buteuse Samoane Tulua Leuluaialii d'ouvrir le compteur de sa sélection, à dix minutes du terme de la rencontre. Dominatrices sur le plan physique, les Anglaises ont également montré en cette fin d'après-midi toute l'étendue de leurs qualités techniques, en aplatissant le ballon sous les poteaux samoans à dix reprises. On a hâte de les retrouver contre une formation un peu plus huppée. Dans l'autre rencontre du groupe, le Canada a confirmé les progrès entrevus ces dernières années en disposant de l'Espagne (33-7).

Les résultats du jour:
Groupe A

    Canada - Espagne 31-7
    Angleterre - Samoa 65-3
Groupe B
    Nouvelle-Zélande - Kazakhstan 79-5
    Etats-Unis - Irlande 17-23
Groupe C (groupe de la France)
    Australie - Afrique du Sud  26-3

Coupe du Monde de Rugby