Nouvelle-Zélande McCaw tri-nations 092010
Richie McCaw, le capitaine all black | AFP - TORSTEN BLACKWOOD

La France, bête noire des Blacks ?

Publié le , modifié le

Le XV de France, qui a déjà éliminé par deux fois les Néo-Zélandais en Coupe du monde (1999 et 2007) peuvent-ils réitérer l'exploit en phase de poule ? Difficile à croire tant les All Blacks, qui joueront devant leur public, semblent au dessus du lot. Le véritable adversaire des Bleus pour la 2e place qualificative de ce groupe A sera sans doute le Tonga, tandis que le Canada et le Japon tenteront de déjouer les pronostics.

Vingt quatre ans que la Nouvelle-Zélande attend ça. Pouvoir à nouveau soulever le Trophée William Webb Ellis après tant d'années de frustration. Vainqueurs de la première édition de la Coupe du monde, les All Blacks se sont depuis régulièrement cassés les protège-dents lors du plus grand rendez-vous de la planète ovale. Donnés à chaque fois archi-favoris, les joueurs à la fougère n'ont donc jamais trouvé un successeur à David Kirk, le légendaire capitaine qui souleva la coupe en 1987. Cette fois encore, et même plus que jamais, les Blacks sont attendus au tournant. Et la marge de manœuvre s'est encore rétrécie puisque le peuple néo-zélandais ne leur pardonnerait pas un nouvel échec, qui plus est à domicile. S'ils parviennent à déjouer cette pression, les All Blacks ne devraient pas être loin du Graal. Impressionnants depuis de longs mois maintenant, les hommes de Graham Henry forment, de loin, l'équipe la plus complète du monde. Intraitable en défense et redoutable sur les phases offensives, le XV s'appuie en outre sur deux joueurs d'exception, le flanker Richie McCaw et l'ouvreur Daniel Carter. Avec ces deux monstres, de loin les meilleurs à leur postes, les Blacks peuvent rêver tout haut, et qu'importe s'ils restent sur deux défaites lors du dernier Tri-Nations, et si leurs lignes arrières ne sont peut-être pas aussi explosives que celle de l'Australie. L'équation pour eux est simple : vaincre ou périr.

Pour le XV français, c'est l'exploit face aux Blacks ou bien ce sera une deuxième place qui devrait les conduire à affronter l'Angleterre en quart de finale. On n'en est pas là bien sûr, et l'heure n'est pas aux conjonctures. Déjà, les Bleus possèdent cette chance de pouvoir se mettre en jambes face au Japon puis au Canada avant d'affronter les All Blacks. Ensuite, sur un match, tout est possible... Les Bleus l'ont déjà fait en 1999 (43-31) et en 2007 (20-18) alors pourquoi pas espérer le fameux "jamais deux sans trois " ? Si les Bleus restent sur un Tournoi des VI Nations raté, la préparation physique à laquelle il se sont astreints pendant plus d'un mois et les deux succès face à l'Irlande (19-12 et 26-22) avant de s'envoler pour l'ile au long nuage blanc laissent augurer des matins qui chantent. Finalistes en 1987 et 1999, les Français parviennent jusqu'à la dernière marche tous les douze ans. Les partenaires de Thierry Dusautoir peuvent-ils faire bégayer l'histoire ?

La France a normalement suffisamment de marge pour ne pas tomber dans le piège des Tonga, qui avaient inquiété les futurs finalistes, Afrique du Sud et Angleterre, lors de la phase de poules du Mondial-2007. Depuis, les joueurs du Pacifique, emmenés par l'ancien Toulousain Isitolo Maka , n'ont disputé que 17 matches en quatre ans - aucun contre une nation majeure - et risquent donc de manquer d'automatismes. Le Japon, vainqueur cette année du Tournoi de la Coupe des Nations du Pacifique pour la première fois de son histoire, et le Canada se battront pour éviter la dernière place du groupe.

Voir la video

Julien Lamotte

Coupe du Monde de Rugby