Jo Maso dir. de la communication de la Fédé 2015
Jo Maso, directeur de la communication de la Fédération française de rugby | MIGUEL MEDINA / AFP

La Fédération, la Ligue et l'avenir du rugby français

Publié le , modifié le

Après l'élimination prématurée du XV de France lors de la Coupe du Monde, le monde de l'ovalie tricolore planche - ou tout du moins essaye - sur l'avenir du rugby français. Une cellule technique doit notamment voir le jour afin de trouver des pistes de travail. Mais les luttes de pouvoirs et d'intérêts entre la Fédération et la Ligue, comme on a pu le constater lors de la réunion de crise organisée la semaine passée à Marcoussis, n'offre pour le moment pas un cadre de travail très serein. Un constat que Jo Maso, directeur de la communication de la Fédération, déplore dans une interview accordée ce mercredi au journal L'Equipe.

"Il faudra que tout le monde fasse des efforts", prévient Jo Maso, ce mercredi, dans les colonnes de L'Equipe. Après le désastre de la Coupe du Monde, l'ensemble des acteurs du rugby français tente de comprendre les raisons de ce fiasco et de trouver des solutions pour un avenir plus radieux. Pour le directeur de la communication de la FFR, le message de Philippe Saint-André, nommé au poste de sélectionneur en août 2011, "n'est pas passé". Pourquoi ? "Je n'étais plus à l'intérieur de l'équipe de France, souligne Jo Maso, ex-manager des Bleus entre 1995 et 2011. Il faut poser la question au triumvirat en poste". 

Un bien triste bilan 

Un triumvirat dont le bilan négatif à la tête du XV de France a trouvé son point d'orgue lors de l'élimination en quart de finale face aux Blacks. Avec 20 victoires, 2 nuls et 23 défaites en 4 ans, "PSA" est le premier sélectionneur tricolore a finir son mandat avec plus de défaites que de victoires au compteur. S'il y a bien évidemment eu quelques beaux succès, les résultats, que ce soit lors du VI Nations ou des tournées estivales, sont une réelle source d'inquiétudes pour la suite des événements. "On n'a pas vu une forme de jeu qui pouvait nous satisfaire", regrette Jo Maso. 

Aujourd'hui, le chantier semble vaste. "Il faut trouver des solutions pour que les Bleus restent la locomotive qui tire nos championnats, et tout le pan amateur, estime le directeur de la communication de la FFR. Il faut redorer notre blason. On doit penser aux supporters, à nos partenaires. On doit réfléchir au jeu que l'on veut mettre en place, comment le Championnat peut nous aider à l'installer et donner plus de places à nos jeunes". Bref, il y a du boulot. 

Du pain sur la planche

Ce travail devrait notamment être mené par un groupe de travail composé de plusieurs personnalités issues de la FFR et de la LNR, toutes désignées par leurs présidents respectifs, à savoir Pierre Camou et Paul Goze. La composition exacte devrait être dévoilée d'ici au 5 novembre, si le calendrier est respecté. Pour mettre en place un nouveau projet de jeu, solide et prometteur, il faudra avant cela que les instances dirigeantes parviennent à un consensus et mettent de côté leurs intérêts personnels. Pour le moment, la Ligue et la Fédération s'opposent, notamment sur le projet des contrats fédéraux. Et il y a fort à parier que ce sujet devrait animer les discussions de la cellule technique en charge du réveil tricolore. 

Jo Maso veut toutefois croire qu'une entente est possible et qu'un nouveau projet peut sortir de ce groupe de travail : "Il y aura toujours des tensions et parfois la lumière peut en jaillir. " Et d'ajouter : "Si c'est la Ligue qui donne une solution efficace, croyez-moi que je ne me gênerai pas pour le dire". Malheureusement, les bonnes intentions ne suffiront, monsieur Maso, pas à remettre sur pied un XV de France blessé. Il faudra beaucoup plus. 

Isabelle Trancoën

Coupe du Monde de Rugby