Sofiane Guitoune
L'ailier international Sofiane Guitoune | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Guitoune, la revanche tout sourire

Publié le , modifié le

Barré à Agen, relancé à Albi, ralenti par une blessure au genou l'an dernier, Sofiane Guitoune a pris son envol à Perpignan cette année. Une ascension qui lui a ouvert les portes du XV de France. Cet ailier de 24 ans, co-meilleur marqueur du Top 14, va vivre sa première sélection en équipe de France, samedi au Havre contre les Tonga. Avec bonheur et excitation.

Dans l'ambiance feutrée des conférences de presse de Marcoussis, Sofiane Guitoune détonne. Bien installé sur son tabouret, il rigole, sourit, plaisante. Bref, il profite. Il ne sait pas encore qu'il sera titulaire contre les Tonga, samedi au Havre, pour sa première sélection, mais il est déjà heureux. Simplement content de retrouver le groupe France, lui qui a été de tous les stages depuis le mois de septembre. "C'est une revanche vis-à-vis de tous ceux qui n'ont pas cru en moi", dit-il avec un large sourire. Même l'évocation de ce passé douloureux ne lui retire pas le plaisir. 

Né à Alger, arrivé en France à Vierzon à l'âge de 3 ans, rien ne le prédestinait à venir au ballon ovale, ni à une carrière en Bleu. "Quand on est arrivé en France, la famille de ma mère vivait déjà ici. Mon oncle faisait du rugby et a dit à mon grand frère d'essayer. Je l'ai suivi", raconte-t-il avec simplicité. Vierzon, puis Brive et enfin Agen. Après quatre années, moins utilisé, il accepte de jouer avec les Espoirs, et mêmes les Reichel. "A 20 ans, j'avais besoin de jouer. J'ai fait ce que j'avais à faire", se souvient-il. "J'ai toujours fait mon 'taf' sur le terrain, j'ai toujours été 'réglo'." Du coup, il quitte le SUA, où il a côtoyé Brice Dulin et Yoann Huget, qu'il a retrouvés à Marcoussis avec plaisir.

Co-meilleur marqueur du Top 14

Parmi les propositions, il décide d'aller à Albi, où Henry Broncan, qui l'avait lancé en ProD2 à 18 ans, vient de prendre en mains l'équipe. Deux saisons, et ce sont les portes de Perpignan qui s'ouvrent devant lui. Mais il se blesse au genou dès l'entame de sa première saison: ligaments croisés du genou rompus. Sept mois pour revenir, et surtout un gros coup au moral: "J'avais fait une super préparation, tout s'était très bien passé. J'étais dégoûté. J'étais au fond du seau." Mais il s'est remis au travail, est revenu. Et en ce début de saison, il a été récompensé: 7 essais inscrits avec l'USAP, un appel dans chaque stage de préparation de l'équipe de France, et voilà sa première sélection.

Sélectionné chez les jeunes, passé par le Pôle France, il a évolué à l'ouverture, au centre, avant de venir à l'aile, voire à l'arrière. "Je ne me pose pas trop de questions sur mon positionnement. En plus, je n'étais pas le meilleur buteur du monde. Et j'étais plus un demi de fermeture que d'ouverture", avance-t-il dans un grand éclat de rire. Présenté comme un "match-winner" par son entraîneur à l'USAP, Marc Delpoux, il a convaincu le staff tricolore: "C'est un finisseur qui sent la ligne aussi", loue Philippe Saint-André. Avouant être "impatient", "excité" à l'approche de la rencontre, Sofiane Guitoune ne se prend pas la tête: "Je prends ce qu'il y a à prendre."

Vidéo: Découverte de Sofiane Guitoune (Stade 2 du 22 septembre 2013)

Voir la video

Coupe du Monde de Rugby