Guilhem Guirado équipe de France
Guilhem Guirado sous le maillot de l'équipe de France | JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA

Guirado: "Croire en nous"

Publié le , modifié le

Le talonneur de l'équipe de France, Guilhem Guirado, est conscient qu'il "reste des réglages à faire, du peaufinage. On a trois jours pour être prêts." Avant de débuter la Coupe du monde 2015 contre l'Italie, il assure: "Le meilleur moyen de se préparer est de se faire confiance à nous-mêmes, de croire en nous. "

- Le premier match se rapproche, la tension est montée d'un cran ?
Guilhem Guirado:
"Oui, on le ressent de jour en jour, au niveau des entraînements. On  sent que l'événement va commencer. On a hâte d'être sur le terrain. Je pense  qu'on est tous conscients de la tâche qui nous attend. On se focalise d'abord  sur nous, on s'est bien préparés. On sait qu'il reste quelques réglages à  faire, du peaufinage. On a trois jours pour être prêts. Mais, de toutes façons,  se mettre une énorme pression pour tout faire très bien à l'entraînement, ce  n'est jamais très bon."
   
- Que vous inspire votre adversaire, l'Italie ?
G.G.:
"Le meilleur moyen de se préparer est de se faire confiance à  nous-mêmes, de croire en nous. Après, la particularité de rencontrer des  équipes contre qui on a l'habitude de jouer, c'est qu'on sait à peu près ce  qu'ils vont nous proposer mais on n'est jamais sûr dans le détail. Même si on a  une grosse trame, il faudra s'adapter. On va d'abord croire en notre défense,  on a plutôt été présent sur les trois matches amicaux. Que ça continue. Si  notre gros rideau défensif monte en même temps, on récupèrera des ballons."

Gagner les 4 matches, "c'est notre objectif"

- Vous connaissez bien le sélectionneur de l'Italie Jacques Brunel. Quelle  est sa marque de fabrique ?
G.G.:
"Je le connais comme manager à Perpignan (2007-2011). Il nous a apporté  beaucoup de confiance, une certaine vision du rugby. Sa marque de fabrique,  c'est son système de blocs répartis sur le terrain, en fonctionnant à 3-4  joueurs sur certaines zones pour essayer d'occuper tout le terrain. Ca se fait  un peu partout en ce moment mais quand on l'a utilisé en 2007, c'était assez  innovant et ça nous a permis d'évoluer rapidement. Je lui dois mon premier  titre de professionnel, c'est ce qui m'a aussi permis d'éclore à haut niveau.  C'est un bon mec, qui est resté attaché au pays catalan. Je sais le travail  qu'il fait en Italie, avec l'entraîneur des avants que j'ai aussi la chance de  connaître. Il va falloir se préparer en conséquence."
   
- Une victoire signifierait que vous avez un pied en quarts de finale ?
G.G.:
"Ce serait le piège de penser ça, c'est un piège de journalistes  (sourires). Si on veut sortir des poules il faudra gagner les 4 matches. C'est  notre objectif. Il ne faudra galvauder aucun match car on sait qu'il y a aussi  ces points de bonus qui compteront à la fin."
   
- Quels souvenirs vous restent-ils de votre première Coupe du monde en  2011 ?
G.G.:
"J'ai envie de croire que c'était hier mais quatre années sont passées  depuis. J'ai des très bons souvenirs qui me reviennent... J'ai envie de faire  juste un peu mieux (que la finale perdue 8-7), ça suffirait à tout le monde.  Mais on sait qu'avant ça il y aura quatre matches de poule intenses qui mènent  ensuite à un plus joli parcours."
   
- Votre statut a changé depuis. Vous étiez N.3 à votre poste, vous voilà  N.1...
G.G.:
"Je suis un peu plus vieux, donc plus mature, avec plus d'expérience.  J'ai toujours travaillé pour avoir un maximum de temps de jeu. En 2011, c'était  compliqué parce qu'il y avait du monde devant moi et je n'avais pas eu  l'occasion de me montrer. Mais j'étais très fier d'y être et dès que j'ai eu  une opportunité, j'ai essayé de montrer ce que je valais. Depuis quelque temps,  j'ai la chance d'être rappelé régulièrement alors forcément, j'appréhende mieux  ces matches. C'est dans la continuité. Mais mon cas personnel importe peu,  l'important est que le groupe sorte grandi samedi."

AFP

Coupe du Monde de Rugby