Le Néo-Zélandais Hosea Gear essaie de transpercer la défense sud-africaine
Le Néo-Zélandais Hosea Gear essaie de transpercer la défense sud-africaine | AFP - Stéphane de Sakutin

Gear se méfie des Français

Publié le , modifié le

Les All Blacks ont presque tout gagné depuis 2011, notamment à trois reprises contre la France cet été, mais se méfient du match de samedi face aux éternels "imprévisibles" de l'ovalie, à l'image de Hosea Gear , champion du monde 2011 avec la Nouvelle-Zélande et ailier du Stade toulousain.

La Nouvelle-Zélande n'a perdu qu'un match depuis son sacre au Mondial-2011 et a depuis remporté le Four-Nations et la Bledisloe Cup. Est-elle invincible ?
Hosea Gear:  "C'est sans doute ce que pensent certains supporteurs. Mais  personne n'est invincible et ce n'est pas dans les habitudes des All Blacks de  se considérer comme tels. Le seul objectif pour cette équipe est d'être tous les  jours meilleure que la veille. Même quand on gagne un match, on garde en tête  l'envie d'être encore plus performant. Cette exigence est le socle de la  réussite de l'équipe".

La fatigue d'une saison qui se termine dans l'hémisphère Sud peut-elle  être un avantage pour la France ?
Hosea Gear: "Je ne pense pas que les joueurs seront fatigués. Hansen fait du très  bon travail et sa répartition du temps de jeu permet à chacun de souffler. Il  s'assure toujours que celui qui va jouer est en pleine possession de ses  moyens. Cela évite de trop tirer sur la corde. La préparation physique des  Blacks est aussi un de ses points forts. La France, en revanche, sera sans  aucun doute dans une autre forme physique que lors de la tournée d'été. La  saison avait été épuisante pour beaucoup de joueurs sélectionnés alors que là  il y aura plus de fraîcheur. Ce sera une autre histoire et je suis très excité  à l'idée de voir cette rencontre, surtout qu'il va y avoir pas mal de Toulousains dans l'équipe de France".
 

La Nouvelle Zélande fait figure, malgré tout, de grandissime favori.  C'est votre avis ?
Hosea Gear:  "C'est toujours dangereux de jouer contre les Français car ils sont  imprévisibles. Je me souviendrai toute ma vie de ce quart de finale du  Mondial-2007 quand ils sont revenus de nulle part pour remporter le match. Personne n'a oublié ce match en Nouvelle-Zélande même si on a pris notre  revanche lors de la dernière finale (8-7 en 2011). Pour les supporteurs  néo-zélandais voir les All Blacks gagner est normal. Mais les joueurs et le  staff, eux, savent que le match sera dur".

Christian Grégoire

Coupe du Monde de Rugby