Wesley Fofana, XV de France
Wesley Fofana perce face aux Blacks | JEAN MARIE HERVIO/AFP

Fritz-Fofana, l’empire du milieu

Publié le , modifié le

Performants lors de la tournée en Nouvelle-Zélande l’été dernier, Wesley Fofana et Florian Fritz ont encore réalisé un match plein face aux Blacks ce samedi. Tant sur le plan offensif que défensif, les deux centres du XV de France ont dominé leurs homologues des antipodes Ma’a Nonu et Ben Smith. Fritz-Fofana, l’assurance tous risques pour Philippe Saint-André.

« Ils nous ont dominé en défense comme en attaque. » A l’issue de la tournée du XV de France en Nouvelle-Zélande, le centre black Ma’a Nonu reconnaissait la supériorité des 12 et 13 français. Leurs noms : Fritz et Fofana. Alignés trois fois ensemble au pays du long nuage blanc, le Toulousain et le Clermontois avaient marqué les esprits. « Florian Fritz m’a beaucoup impressionné. C’est un excellent trois-quart centre, très difficile à mettre au sol », abondait le sélectionneur des champions du monde Steve Hansen. Un temps boudé par les sélectionneurs nationaux, le natif de Sens est devenu irremplaçable sous l’ère Saint-André.Pour preuve, l’ancien Berjalien a démarré 12 des 13 derniers matches de l’équipe de France.

Smith-Nonu, un seul match ensemble

Une première fois associé à Fofana lors d’une courte défaite en Argentine (23-20), celui qui fêtait sa 33e cape internationale a dû attendre le match nul (13-13) concédé en Irlande à l’occasion du dernier tournoi des VI Nations pour retrouver son acolyte au centre de l’attaque tricolore. Depuis, PSA ne les a plus séparés. Et ce n’est pas leur performance commune ce samedi qui risque de le faire changer d’avis. Intraitables en défense et dynamiteurs offensifs, les deux centres ont pris le dessus sur la paire adverse Smith-Nonu. Conrad en année sabbatique, son homonyme Ben a repris le flambeau aux côtés du surpuissant trois-quart aux dreadlocks. Titulaire pour battre l’Australie lors du dernier Four Nations (41-33), les deux néo-zélandais débutaient seulement leur deuxième rencontre côte à côté sous le maillot frappé de la fougère.

Dans ce combat à quatre, Nonu et Fofana étaient les premiers à se signaler. Le meilleur international français de l’année en plaquant durement Carter, le futur joueur des Auckland Blues en déchirant le rideau défensif bleu (1ère). Dans le sillage de son compère, Fritz découpait Dagg et offrait une pénalité à Parra (5e). Le pauvre arrière black voyait ensuite Wes le retourner sur une action au large (16e). Les deux protégés de Patrice Lagisquet plaquaient à tour de bras, coupant toute relation Nonu-Smith. Mais pas que. Lancé par une passe après contact, Wesley Fofana perçait (35e). En début de seconde période, le Jaunard remettait ça mais Lauret n’assurait pas le relais le long de la touche. Moins présent offensivement malgré quelques charges bien senties, Florian Fritz sauvait les siens d’un double-plaquage dans les 22 mètres (48e).

Fritz-Fofana, la FF

Devenu performant au pied, Nonu tentait de contourner le mur haut-garonnais en poussant un coup de pied rasant vers son ailier Charles Piutau. Trop court… Comme pour sceller ce pacte du milieu, Fofana chargeait rageusement Nonu (60e) peu avant la sortie de son partenaire de jeu (66e). Dix minutes plus tard, l'Auvergnat tentait un dernier coup de force en bout de ligne. Dominatrice et complémentaire, la paire Fritz-Fofana a de beaux jours devant elle. Pourtant, elle n'a jamais connu la victoire en six sorties sous la liquette tricolore. Peu importe, la FF est prête à envoyer des watts.

Jerome Carrere

Coupe du Monde de Rugby