Siale Pitutau, Tonga
Le centre international tongien Siale Piutau | PETER PARKS / AFP

France-Tonga: Piutau, au nom du frère

Publié le , modifié le

Titulaire face au XV de France ce samedi (18h00 sur France 2), le centre tongien Siale Piutau tentera d'imiter son frère Charles, bourreau des Bleus la semaine dernière avec les All-Blacks. Présent lors de l'exploit des Tonga à la Coupe du monde 2011, le joueur du Yamaha Jubilo présente les mêmes caractéristiques que son cadet. Attention, un Piutau peut en cacher un autre.

France-All-Blacks, 47e minute. L’ailier néo-zélandais Charles Piutau dépose Yoann Huget et Morgan Parra pour s’en aller aplatir le premier essai du match. Les hommes de Steve Hansen s’envolent (12-19). Dix-sept minutes plus tard, l'habituel arrière des Auckland Blues prend l'intervalle et envoie une merveille de chistera à Kieran Read, qui n'a plus qu'à plonger dans l'en-but. Le nouveau surdoué du rugby black a mis le XV de France à genoux. Comme un couteau dans une plaie ouverte, la famille Piutau n'en a peut-être pas fini de faire des misères aux Bleus. Samedi, les hommes de Philippe Saint-André devront se méfier de l'aîné de la fratrie, Siale.

Siale le Tongien, Charles le All-Black

Agé de 28 ans, l'ancien joueur des  Counties Manukau, des Chiefs ou des Higlanders, possède les mêmes caractéristiques que son frère. Un alliage de puissance et de technique lui permettant de casser les plaquages ou de les éviter. Exilé au Japon chez les Yamaha Jubilo depuis deux ans, le centre international tongien a mis du temps à éclore. En 2010, il est élu meilleur joueur des Manukau dans le Championnat des provinces, mais il ne parvient pas à s'imposer en Super 15. Néo-Zélandais de naissance, il tape néanmoins dans l'oeil du sélectionneur des Tonga Isitolo Maka. Ce dernier lui offre une première cape chez les "Ikale Tahi" le 13 août 2011, contre les Fidji. Doté d'un physique avantageux (1,85m, 97 kg), Siale Piutau s'impose en sélection nationale.

Ailier ou centre, celui qui fut convoqué 5 fois chez les -20 ans tongiens est titulaire au Mondial 2011. Son rêve de jouer une Coupe du monde accompli, l'aîné de la fratrie Piutau connaît l'un de ses moments de gloire, en venant à bout de l'équipe de France en phase de poule. Une équipe de France que les frangins adorent martyriser. Deux ans plus tard, Charles, 22 ans, a fait étalage de tout son talent pour crucifier les Tricolores. Appuis déroutants et cannes de feu, l'ancien pensionnaire de Wesley College (comme Jonah Lomu ou Sivivatu) a inscrit son 3e essai en 9 sélections chez les Blacks au stade de France. Talent précoce, il n'a pas échappé aux filets de la sélection à la fougère argentée. Le 22 juin dernier, le « Prince Charles » enfilait pour la première fois la célèbre tunique noire contre les Français à New-Plymouth.

Siale Piutau comme Charles?

Champion du monde en titre -20 ans avec la Nouvelle-Zélande, l'international n. 1122 s'est d'abord fait connaître grâce au rugby à 7. Explosif et bon défenseur, il a parfaitement remplacé Savea sur l'aile chez les All-Blacks. A 22 ans, l'avenir lui appartient. "En grandissant, je n'étais pas l'enfant le plus talentueux mais j'ai travaillé dur. Pour rester là, je dois continuer", déclare sobrement la bombe née à Auckland. Samedi dernier, Charles a porté haut le nom des Piutau. A Siale de poursuivre son oeuvre.

Jerome Carrere

Coupe du Monde de Rugby